Pacte culturel québécois: une idée à explorer

Il y a déjà quelques temps que je jongle avec cette idée. Une idée un peu folle, mais pas tant que cela. Une idée qui pourrait faire une différence si, comme par magie, des centaines – que dis-je, des milliers! – de personnes y adhéraient. Certains y adhèrent déjà sans le savoir! Cette idée, c’est celle d’une sorte d’entente tacite entre le Québécois et son Québec, un pacte volontaire par lequel chacun s’engagerait vraiment à soutenir la culture d’ici, sous toutes ses formes. Acheter, c’est voter, écrivait Laure Waridel. Je ne parle pas ici d’un engagement au sens politico-partisan-gauche-droite du terme, mais il y a effectivement une dimension politique: et si, une fois pour toutes, nous nous choisissions nous-mêmes?

cferland-louis-cyr

Le comédien québécois Antoine Bertrand incarnant Louis Cyr. Que la force soit avec nous! 🙂 Photo: lapresse.ca

Je suis toujours décontenancée quand quelqu’un me dit fièrement «Je suis Québécois» (et le pense!) mais se gave systématiquement de cinéma, de séries télé, de musique et de bouquins américains ou européens. Ça m’attriste, en fait. Pourquoi ne serions-nous pas assez fiers de notre culture pour que cette fierté transparaisse dans nos choix de consommation?

N’est-ce pas un peu «chauvin»? Eh bien peut-être l’est-ce un peu, effectivement. Y a-t-il du mal à cela? Le magnifique succès que remporte le film Louis Cyr depuis sa sortie le 12 juillet dernier constitue une belle occasion de se le rappeler.

«Et si, une fois pour toutes, nous nous choisissions nous-mêmes? Ne serions-nous pas plus forts?»

D’où l’idée d’un accord informel où nos actes seraient le prolongement de nos paroles.

Puisqu’il faut bien commencer quelque part,  voici des suggestions de clauses de cet étonnant pacte. On aime ça, les listes, il paraît. Alors allons-y gaiement!

Chaque année, le ou la signataire du Pacte culturel – catégorie bronze s’engagerait à:

  • Choisir au moins un film québécois au cinéma
  • Louer au moins trois films québécois au club vidéo
  • Acheter au moins un album de musique d’un artiste québécois
  • Lire un livre d’auteur québécois (tous genres confondus et peu importe l’année de parution)

À ces clauses, l’adhérent au Pacte culturel – catégorie argent ajouterait aussi:

  • Aller voir une pièce de théâtre (classique, expérimental, d’été, pour enfant… au choix!)
  • Aller voir une exposition dans un musée (peu importe la région ou le type de musée)
  • Aller à l’opéra ou à l’orchestre symphonique

Le ou la signataire du Pacte culturel – catégorie or pourrait encore y additionner:

  • Prendre un abonnement au théâtre (quatre ou cinq pièces)
  • Assister à un spectacle de danse (contemporaine, ballet, etc.)
  • Se faire un devoir d’amener un(e) ami(e) à quelques-unes de ces sorties culturelles pour devenir un «agent multiplicateur» de la culture d’ici
  • Acheter un tableau ou une œuvre d’un artiste québécois.
Les comédiens de la pièce Les marches à la pleine lune(Jimmy Doucet Productions) au Lac-Saint-Jean

Les comédiens de la pièce de théâtre «Les marches à la pleine lune» (Jimmy Doucet Productions) au Lac-Saint-Jean, 2013. Photo: Denis Hudon/ AFP

Qu’avons-nous à gagner? La connaissance réelle de «ce qui se fait ici» (autrement qu’en ayant regardé le dernier «Tout le monde en parle»…), le plaisir de découvrir de nouvelles choses et peut-être même de nouvelles passions. Et collectivement, nous avons bien sûr encore plus à gagner.

En ce moment, je peux honnêtement affirmer me situer dans la catégorie argent… avec des incursions dans la catégorie or lorsque mon budget me le permet. Je n’ai pas le câble, je n’ai pas de cellulaire, mais j’ai des œuvres d’art sur mes murs. C’est mon choix.

*

Permettez-moi de rêvez. Permettez-vous de rêver un peu, deux secondes. Et si, par ces choix somme toute assez simples, nous en venions à faire une différence pour un artiste, pour un écrivain? Est-ce que c’est toujours aussi fou?

Tant qu’à y être, on pourrait étendre la notion de culture à celle d’agriculture, en ajoutant des clauses gourmandes: accorder systématiquement la préférence aux fromages fins québécois, découvrir les alcools du Québec, s’abonner à un «panier d’agriculteur» pour soutenir les producteurs de sa région et, autant que possible, favoriser les achats de proximité pour la viande, les produits laitiers, les fruits et légumes.

Ben oui, pourquoi pas. Bien des gens de mon entourage le font déjà.

Et vous? Êtes-vous déjà, sans le savoir, un «signataire» de ce Pacte culturel québécois?

– Catherine

Advertisements

Un avis sur « Pacte culturel québécois: une idée à explorer »

  1. Quelle belle idée et peut-être qu’à vivre beaucoup plus souvent dans notre univers culturel, nous serons plus à même de nous définir comme nation. Belle initiative et j’y adhère en me classant déjà catégorie argent.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s