Le vin chaud : plaisir épicé avec un zeste d’histoire

vin-chaud-cferlandLe vin chaud est généralement préparé avec une base de vin rouge à laquelle on ajoute des ingrédients sucrés, des fruits – surtout des agrumes – et des épices, dont l’incontournable cannelle, que l’on met à chauffer. On peut aussi le préparer en partie avec du jus de fruits. Afin de réussir sa macération, il faut compter une bonne heure à feu doux. À retenir : la préparation doit frémir mais ne jamais bouillir. Il est possible de préparer le vin chaud la veille… mais plus la cuisson est longue, plus le degré d’alcool diminue.

Consommé avec modération, le vin chaud permettrait d’éloigner le rhume… enfin, c’est ce qu’on dit! 🙂

 

Un zeste d’histoire

gravure-vin-cferlandIl y a plusieurs milliers d’années que l’on connaît les boissons de ce type. Les vins épicés étaient déjà appréciés à l’époque romaine! Le miel était l’un des ingrédients prépondérants avec, bien sûr, le vin : on y ajoutait des épices, des noix et des dattes. Avec l’extension de l’empire romain, les vins épicés seront popularisés un peu partout en Europe. Des variantes médiévales, très sucrées et comportant plusieurs épices comme le clou de girofle et la cannelle, porteront le nom d’hypocras. À la faveur des grandes explorations, de nouveaux aromates comme la cardamome ainsi que les agrumes viendront accroître les possibilités de mélanges.

Les épices et autres ajouts permettent au liquide de se conserver beaucoup plus longtemps sans s’oxyder et lui confèrent aussi beaucoup de valeur. Le vin épicé est consommé lors des repas et des banquets car il facilite, croit-on, la digestion. On l’offre aussi en cadeau. D’illustres personnages l’apprécient beaucoup : c’est le cas du roi de France Louis XIV!

L’usage de servir chaud le vin épicé, surtout pendant les froides journées d’hiver, provient du nord de l’Europe. Cette pratique y est encore très populaire. Le glühwein, comme on l’appelle dans les pays germaniques, est servi entre autres pendant les marchés de Noël allemands, alsaciens et autrichiens. Il est parfois servi dans des pots marqués de la date du marché de Noël où le vin chaud a été vendu. Les clients peuvent décider de le conserver ou alors le rapporter contre une consigne.

pont-glace-buvette-cferlandAu Québec, il y a longtemps que les boissons à base de vin rouge épicé sont appréciées. À l’époque de la Nouvelle-France, les habitants aimaient boire du rossoli, une eau-de-vie de vin (brandy) aromatisée aux épices et aux agrumes. Au fil du temps, le goût des Britanniques pour les divers punchs et grogs a contribué à maintenir cet intérêt. Vers 1850, les ponts de glace qui permettaient de traverser de la rive nord à la rive sud du Saint-Laurent, notamment devant la ville de Québec, étaient ponctuées de buvettes où l’on servait du vin chaud. Cette tradition s’est évidemment perdue avec l’apparition des brise-glace et des traversiers ainsi que la construction des ponts.

De nos jours, on consomme encore des boissons chaudes épicées en certaines occasions hivernales. Entre autres dans le temps du Carnaval, alors que l’on ressort nos vieilles recettes et, en les mettant au goût du jour, on élabore le célèbre caribou!

 

Recette de vin chaud épicé pour 8 personnes

Ingrédients liquides :

  • Un litre de vin rouge (par exemple pinot noir ou gamay, mais c’est vraiement au goût)
  • Un demi-litre de jus de petits fruits, sans sucre ajouté (canneberge, framboises, cassis, etc.)
  • Une tasse d’infusion (thé ou tisane) aux épices ou à la bergamote
  • Une demi-tasse de vin fortifié de type porto
  • Une demi-tasse d’alcool fort: rhum, cognac, brandy, sherry, voire Southern Comfort
  • Un quart de tasse de crème de cassis, de mûre ou de framboise

Ingrédients sucrés :

  • Un quart de tasse de sucre, sucre de canne roux ou cassonade
  • Deux cuillers à soupe de miel ou de sirop d’érable

Ingrédients fruités :

  • Une tasse de fruits en dés : citrons, oranges, clémentines, pommes (bien laver la pelure)
  • Un quart de tasse de raisins secs et/ou de figues hachées
  • Zeste de deux ou trois agrumes

Ingrédients épicés :

  • Deux bâtons de cannelle ou 1 c. à soupe de cannelle moulue
  • Deux ou trois clous de girofle
  • Un peu de muscade râpée
  • Une gousse de vanille (ou 1 c. à thé d’extrait de vanille)
  • Dix grains de poivre noir
  • Bonus, si vous aimez : une touche de cardamome, gingembre, citronnelle ou genièvre

Préparation

  • Quelques heures avant, faire macérer les dés de fruits (oranges, citrons, pommes, clémentines) dans un peu d’alcool (porto, rhum ou autre).
  • Dans une casserole ou à la mijoteuse, faire chauffer (sans le laisser bouillir!) le vin avec les ingrédients épicés (cannelle, poivre, vanille, etc.) pendant 30 à 120 minutes.
  • Filtrer à l’aide d’une passoire pour retirer les épices.
  • Ajouter les ingrédients sucrés, les fruits macérés, les zestes, le porto et la crème de cassis/mûre/framboise.
  • Refaire chauffer à feu doux pendant une vingtaine de minutes ou remettre à la mijoteuse au niveau le plus bas.

Service du vin chaud épicé

plateau-fromage-cferland

L’idéal est de servir le vin chaud épicé dans de petites tasses de verre ou de grès. On peut décorer, si on le désire, d’un bâton de cannelle et d’une rondelle d’agrume.

Si la saveur épicée est trop prononcée, il est possible de diluer le vin avec un peu d’eau ou de jus de pomme. Ou, pour les plus audacieux, d’alcool…

Au niveau des accords vins-mets, disons que le vin chaud épicé se déguste bien avec une tranche de gâteau aux fruits, une poignée de noix, un biscuit aux raisins secs ou des fromages au goût prononcé, par exemple un bon cheddar vieilli.

Le vin épicé peut se conserver jusqu’à une semaine au réfrigérateur. Il gagnera même en saveur! Il suffira de le faire réchauffer, toujours en évitant de bouillir.

*

À votre santé! Que cette période de réjouissances ainsi que la nouvelle année vous apportent bonheur, chaleur et prospérité!

Catherine

voeux-cferland

Advertisements

2 avis sur « Le vin chaud : plaisir épicé avec un zeste d’histoire »

  1. Ping : Le caribou, entre mythe, réalité et tradition! | De la science à la fourchette

  2. Ping : 12 idées pour découvrir et faire connaître le vin québécois « Catherine Ferland, historienne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s