La Poutine Week à Québec (partie 4)

Parcours #3- Montcalm et rue Saint-Jean

Poursuivant les «missions» de pré-dégustations pour la Poutine Week de Québec, ainsi que je l’expliquais dans le premier article de cette série, voici les critiques/appréciations de mon équipe de collaborateurs-goûteurs pour le Parcours #3, soit le quartier Montcalm et la rue Saint-Jean!

Nous espérons que ces appréciations vous aideront à fixer votre choix du 1er au 7 février 2016. À moins que vous ne vouliez les tester (presque) toutes… 🙂

Le Graffiti

1191, avenue Cartier, Québec, (418) 529-4949
Photo: Heidi Gervais, 2016

Photo: Heidi Gervais, 2016

Je ne me suis pas faite prier pour aller m’attabler au Graffiti, sur l’avenue Cartier, en compagnie d’autres amateurs de dégustation de poutine, pour découvrir la création du chef Yannik. Premier contact visuel avec une œuvre d’art! Posée sur un lit de pommes de terre hachées finement, la poutine Mille-Feuilles est présentée sur étage, réunissant fromage fumé au bois d’érable, flan de porc Nagano sur rösti de pommes terres aux fines herbes, le tout nappé de sauce à base de fond de veau mais, surtout, arrosée de Glenmorangie. Pour rehausser le tout, on nous suggère une once de scotch (Glenmorangie, bien sur!) ainsi qu’un verre de bière La Maudite pour accompagner la dégustation. Mariage fabuleux! Je trouve cependant qu’il n’y a pas assez de cette délicieuse sauce qui servait de décoration au fond de l’assiette. Après le goût fumé du fromage, ce qui reste en bouche, c’est le gras du joli lit de pommes de terre. Normal: après tout, c’est une poutine! Si le porc est excellent, sa présentation le rend difficile de mélanger avec les autres ingrédients. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’accueil souriant des propriétaires Henry Coinde et François Michaud est au-delà de chaleureux. Un détour à faire pendant la Poutine Week, car la Mille-Feuilles disparaîtra du menu raffiné du Graffiti après cette semaine spéciale. (H. GERVAIS)

Pub Galway

1112, avenue Cartier, Québec, (418) 522-5282
Photo: Francesca Désilets, 2016

Photo: Francesca Désilets, 2016

cferland-coupcoeurgourmandL’un des pubs les plus fréquentés du quartier Montcalm, le Pub Galway propose un voyage en Irlande… le temps de quelques bouchées. Bonhomme Carnaval s’est joint aux convives. Est-il attiré par la frénésie de la Poutine Week à venir, par le mets d’inspiration irlandaise ou par la présence accueillante de l’équipe du Pub Galway? Chose certaine, nous avons passé un agréable moment en sa compagnie. À première vue, le goûteur remarque la présente de chou posé çà et là sur le dessus de la poutine. Détrompez-vous, il n’y a pas que du chou. Dès la première bouchée, on est séduit par le goût du corned-beef. Cette viande, accompagnée de chou, serait l’un des mets traditionnels irlandais. Bien que similaire au smoked meat, le corned-beef se distingue par les assaisonnements utilisés et se caractérise par son goût salé. Est-ce très salé? Heureusement, non. Inspiré du sandwich au smoked-meat, le chef a su concocter un amalgame de saveurs harmonieuses, notamment une sauce à la moutarde et à la bière noire qui  s’harmonise agréablement avec la viande salée. Si le goût de la moutarde est bien présent, j’hésite à définir s’il est trop présent ou non. Des cubes de caprino, un fromage de chèvre, remplacent avec brio le fromage en grain. Un délice dont j’aurais voulu me délecter davantage… Cette poutine, agrémentée d’un verre de Rubis Red, une bière d’inspiration irish ale brassée par la microbrasserie le Trou du Diable, révèlera certainement d’autres arômes. Cette institution de la rue Cartier est un lieu à ne pas négliger dans cette compétition. Vous y ferez sans doute, tout comme moi, quelques découvertes gastronomiques. Présence du Bonhomme Carnaval non comprise! (F. DÉSILETS)

Au Bonnet d’âne

298, rue Saint-Jean, Québec, (418) 647-3031
Photo: Francesca Désilets, 2016

Photo: Francesca Désilets, 2016

Le parcours se poursuit dans un restaurant chaleureux de la rue Saint-Jean, Au Bonnet d’âne. Avec la Poutine carbonara, on revisite de manière significative le mets. L’éloignement du concept original soulève une question : qu’est-ce qu’une poutine? Il ne suffit pas d’en énumérer les ingrédients (frites, fromage et sauce) pour y répondre. Dès lors qu’on déconstruit ce trio pour ajouter autre chose, la question prend un autre sens. Y a-t-il une proportion des ingrédients de base à respecter? Selon moi, le nombre de bouchées de patates et de fromage «squick-squick» devraient être supérieur ou égal aux éléments ajoutés, le tout arrosé d’une quantité variable de sauce. Ici, une montagne de mac and cheese, quelques délicieuses lanières de bacon épicé et du poivron composent cette poutine carbonara. Où est la poutine? J’ai émis un avis de recherche! Je crois qu’il ne suffit pas de répondre qu’elle est cachée dessous. Le goût du macaroni, du bacon et du poivron dominent largement le reste, au point où je déplore la quasi absence des saveurs attendues de pomme de terre et de fromage. Bon, j’admets mon côté puriste: j’adore le goût de la poutine classique… Il en va de même pour le carbonara. Celui proposé se rapproche davantage du Kraft Dinner que de celui de la mamma italiana de mon ami Benedeto. Pourtant, les amateurs de mac and cheese qui partagaient ma table étaient ravis. Les rares frites cachées sous la pelletée de pâtes ne les dérangeaient aucunement. Chacun ses goûts. (F. DÉSILETS)

Le Projet

399, rue Saint-Jean, (418) 914-5322
Photo: Francesca Désilets, 2016

Photo: Francesca Désilets, 2016

Le Projet, la brasserie au décor enchanteur, offre une poutine au ragoût pour l’édition 2016 du Poutine Week. L’idée semblait prometteuse. Les goûteurs les plus assidus à ma table ont souligné qu’elle avait déjà été exploitée à maintes reprises. Qu’à cela ne tienne, j’adore le ragoût. J’ai sans doute amorcé la dégustation avec un peu trop d’attentes… Le met ressemble davantage à un mariage de raison entre une poutine et un ragoût. La sauce enrobe à merveille les carottes, les oignons et les tendres cubes de viandes. Toutefois, elle altère le croustillant des frites. L’ensemble manque de texture. Les carottes mijotés dans le ragoût semblent plutôt incongrues à côté des frites. Bref, cette poutine m’a déçue. Elle ne concurrence même pas celle aux côtes levées figurant au menu régulier. (F. DÉSILETS)

 

Que Sera Sera

850, place d’Youville, Québec, (418) 692-3535
Photo: Samuel Venière, 2016

Photo: Samuel Venière, 2016

cferland-coupcoeurgourmandÀ la recherche d’un restaurant où dîner, on ne pense que rarement aux hôtels, qui abritent pourtant parfois de petits trésors. Le restaurant Que Sera Sera se classe dans ce palmarès, avec son ambiance chaleureuse et tamisée, et son personnel qui vous réserve un accueil des plus cordiaux. Le feeling est bon, mais pas parfait, car les tables sont situées entre le bar et les comptoirs d’accueil de l’hôtel, et cela diminue sensiblement l’intimité recherchée lors d’un repas du soir, alors les voyageurs et les familles longent le couloir près des tables, affublés de leurs bagages. Et justement, si le feng shui de l’endroit n’est pas des plus irréprochables, il est d’autant plus important que la qualité de la bouffe soit au rendez-vous. Le chef-d’œuvre offert dans le cadre de la Poutine Week a de quoi étonner! Il s’agit de la poutine Bayou, une variante agréablement réconfortante qui n’est pas sans rappeler les parfums piquants et effervescents de la Nouvelle-Orléans, cette ancienne colonie française si éloignée du Québec et dont la culture demeure bouillonnante. Car il ne s’agit de rien de moins qu’une poutine au chili style cajun, dont le résultat est un heureux mariage de saveurs pimentées et douces à la fois. Les amateurs de viande seront servis! Généreusement nappée de crème sure et surmontée de tomates cerise tranchées, on a ici un goût de bonheur prononcé, le prototype parfait de la poutine réinventée : en conservant les ingrédients classiques d’une poutine, soit pommes de terre frites et le fromage en grain, le chef de l’établissement a plutôt innové au niveau de la garniture. Même si les saveurs s’étiolent un peu rapidement en bouche, cette poutine se hisse aisément dans mon top 10 des meilleures poutines suggérées par la Poutine Week. Une savoureuse découverte, à deux pas de la Place d’Youville! (S. VENIÈRE)

Les Trois Garçons

1084, rue Saint-Jean, Québec, (418) 692-3900
Photo: Samuel Venière, 2016

Photo: Samuel Venière, 2016

cferland-coupcoeurgourmandOn comprend rapidement à qui l’on a affaire dès qu’on met les pieds dans le restaurant Les Trois Garçons, un établissement bien ancré sur la très réputée rue Saint-Jean : des passionnés! Tout, dans cet endroit, nous met à l’aise dès les premiers instants : les odeurs, le personnel souriant, le mobilier vintage, l’ambiance industrielle résolument urbaine, les plats disposés sur les tables déjà servies qui attirent notre regard, la clientèle décontractée reliant tous les âges… Les tenanciers du restaurant ont su tisser une ingénieuse alliance pour offrir, à la Poutine Week 2016, une création qui goûte le Québec, en développant un partenariat avec l’entreprise «Ils en fument du bon» (THAT name!), qui développent des saucisses fumées aux saveurs originales vraiment flyées. Leur poutine est une véritable tour de Babel décadente d’ingrédients spécialement choisis pour déployer un éventail de saveurs sans égal, l’objectif étant de les goûter ensemble dans une même bouchée pour en apprécier toute la portée. Lardons et rondelles de saucisses fumées dans une sauce chipotle à la bière rousse et fromage cheddar fort forment une savante alchimie, puissante en saveur, sur un piédestal de pommes de terre frites de l’Île d’Orléans! Dissimulés dans cet amoncellement savoureux se cachent des oignons frits panés qui nous font rouler les yeux de plaisir. Proposé avec un Trou Normand (une coutume gastronomique voulant qu’on boive un shot de calvados entre deux services), c’est le coup de foudre assuré! Gourmande, généreuse, et surtout confectionnée entièrement de produits locaux: le charme opère. Profitez-en pendant que ça passe! (S. VENIÈRE)

Chez Boulay Bistro Boréal

1110, rue Saint-Jean, Québec, (418) 380-8166
Photo: Samuel Venière, 2016

Photo: Samuel Venière, 2016

C’est l’un des restaurants dans lequel on entre et l’on se sent tout de suite comme chez soi. Confortable et chaleureux, le Boulay Bistro Boréal a vraiment pignon sur la rue Saint-Jean. À l’occasion de la Poutine Week, ses cuisiniers font le pari de nous démontrer qu’ils peuvent faire de la poutine un mets raffiné, digne d’un grand restaurant. Pari tenu! Leur version remplace les traditionnelles frites par de succulents gnocchis passés à la friteuse, croquants à l’extérieur, moelleux à l’intérieur, nappés d’une sauce whisky style Bourbon. Un confit d’oignons préparé de main de maître vient couronner cette mixture impétueuse, accompagné de morceaux d’épaule de porc cuites sous vide pendant 48 heures, puis braisés. The Next Level! Des saveurs puissantes et lourdes se déclinent dans cette poutine en une cascade d’arômes surprenantes et riches. Oubliez tout de suite le fromage en grain pour cette poutine, car après avoir tout repensé, pourquoi s’arrêter là? Des tranches de Mi-Carême, un fromage à pâte molle provenant de l’Île-aux-Grues, sont déposées telle une couverture fondante sur ce lit de poutine transformée. Il faut le voir pour le croire! Bon, cela ne ressemble en rien à une poutine. Mais est-ce là une bonne ou une mauvaise chose? N’est-ce pas ce que l’on attend des chefs des restaurants de Québec pour la Poutine Week, qu’ils se surpassent en dépassant les «canons» de la poutine? Il n’en tient qu’à vous d’en faire l’expérience et de juger par vous-même. (S.V.)

Tournebroche

1190, rue Saint-Jean, Québec, (418) 692-5524
Photo: Samuel Venière, 2016

Photo: Samuel Venière, 2016

Bien calé dans le coude de la séculaire rue Saint-Jean, là où tant des personnages connus de notre histoire sont déjà passés avant nous, se trouve le Tournebroche, un resto dont la vue dégagée nous permet d’apprécier autant l’apparence magnifique de la ville que les délices qui se retrouvent dans notre assiette. Son nom laisse présager que la poutine conçue pour la Poutine Week sera aussi passée dans le tordeur de l’imagination éclatée du chef de l’endroit. Et fort heureusement pour nous, c’est bien le cas! Tout est planifiée pour mettre l’eau à la bouche dans ce resto, où le miel est à l’honneur! Vous êtes accueillis dès l’entrée par un impressionnant cadre penché, fraîchement extrait d’une ruche, dont le miel s’écoule lentement et auquel vous êtes invités à goûter à même la plaque. Quant à la poutine, elle n’est plus montée sur un classique monticule de frites emmêlées, mais plutôt sur une série de rondelles de pommes de terre frites qui se tiennent latéralement, car enfilées sur un pic tel une brochette croustillante. Une sauce de réduction de volaille épicée accompagne cette symétrie parfaite de saveurs dans un fabuleux équilibre sucré-salé. Trois sortes de fromage (dont le Grondines, mais j’ai oublié le nom des deux autres… désolé, ça allait très vite et anyway, c’est difficile de se concentrer quand vous goûtez une telle poutine!) trônent sur cette structure. Des morceaux de poulet bio de Charlevoix apportent finalement une valeur ajoutée fort appréciée. Suggéré avec un drink à base de sirop de miel, de vanille et de jus de pomme surnommé spontanément Le Mielleux, c’est un truc que vous ne voudrez pas laisser passer sans y avoir goûté!  (S.V.)

*

Si vous lez aviez manquées, revoici les critiques/appréciations du Parcours #1, Parcours #2, Parcours #4 et Parcours #5.

Sinon, vous pouvez relire ma très, très brève histoire de la poutine!

Collaborateurs pour ce parcours

Heidi GERVAIS – Guide touristique pour la ville de Québec… et aussi une grande amatrice de poutine!

Francesca DÉSILETSOriginaire du Centre-du-Québec, région ayant donné naissance à la poutine, adepte des bistros, des bières de microbrasseries et d’histoire.

Samuel VENIÈRE – Né à Québec, amoureux de sa ville, fou raide d’histoire, de mangeaille et de bonne buvaille.

*

Historienne, auteure et conférencière, Catherine Ferland est spécialiste d’histoire de l’alcool et de la gastronomie et, plus largement, d’histoire culturelle du Québec. Elle effectue des chroniques à la radio et à télé, en plus de faire des conférences et animations gourmandes aux quatre coins du Québec. Parmi ses ouvrages, mentionnons Bacchus en Canada. Boissons, buveurs et ivresses en Nouvelle-France (Septentrion, 2010) et La Corriveau, de l’histoire à la légende (Septentrion, 2014). Elle signe des critiques culinaires au journal Le Devoir et blogue au catherineferlandhistorienne.com.
Advertisements

5 avis sur « La Poutine Week à Québec (partie 4) »

  1. Ping : La Poutine Week à Québec (partie 3) « Catherine Ferland, historienne

  2. Ping : La Poutine Week 2016 à Québec (partie 1) « Catherine Ferland, historienne

  3. Ping : La Poutine Week à Québec (partie 5) « Catherine Ferland, historienne

  4. Ping : La Poutine Week à Québec (partie 2) « Catherine Ferland, historienne

  5. Ping : La Poutine Week à Québec (partie 6) « Catherine Ferland, historienne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s