La Poutine Week à Québec (partie 5)

Parcours #4- Lebourgneuf et Limoilou

Toujours dans le cadre des pré-dégustations pour la Poutine Week de Québec qui commence dans quelques jours (1er au 7 février 2016), voici ce que mes collaboratrices-goûteuses dévouées ont pensé des poutines testées dans le Parcours #4 couvrant les secteurs Lebourgneuf et Limoilou. Bon appétit!

Nourcy comptoir et traiteur Lebourgneuf

5600, boulevard des Galeries, Québec, (418) 653-4051
Photo: Jessica Landry, 2016

Photo: Jessica Landry, 2016

Pour ma première expérience officielle de goûteuse de poutine, j’arrive toute énervée chez Nourcy comptoir et traiteur. Il faut dire que ça commence très bien : l’accueil est cordial et super sympathique et le décor, magnifique. On nous présente sans tarder la Poutine de route, spécialement conçue pour LE CAMION Nourcy, un «food truck» qui répand littéralement le bonheur partout où il va… sauf à Québec parce qu’il n’a pas vraiment le droit (allô, monsieur le Maire!). Servie dans des petits cups de cartons et accompagnée d’une bonne bière Tremblay, la poutine est ravissante, voir même vraiment cute. L’ajout de mini fondues parmesan nous remplit de joie. Les frites maison sont délicieuses et on est content que le tout soit accompagné de bon fromage en grains frais du jour, tout simplement. La sauce est toutefois ce qui nous fait complètement capoter et ce qui vaut vraiment le détour selon nous : une sauce vraiment supérieure avec fond de veau, crème et moutarde, qui s’harmonise à merveille avec tout le reste. Onctueuse et parfaite. Avec les lardons et les champignons, c’est un mariage savoureux et décadent. Ce n’est pas compliqué, on boirait cette sauce dans un verre et on serait bien contents. Un sans-faute selon nous : une vraie de vraie poutine, originale, classy, parfaite. On en mangerait encore et encore. (J. LANDRY)

Cosmos Lb9

5700, boulevard des Galeries, local 103, Québec, (418) 628-2013
Photo: Jessica Landry, 2016

Photo: Jessica Landry, 2016

Prochain arrêt : le décor très rouge et éclectique du Cosmos LB9 pour essayer la Poutine Braisée, accompagnée d’un fort joli drink et d’un vidéo de coucher de soleil sur la plage en background. Quand la poutine arrive sur la table, on est un peu déçu. Peut-être qu’on s’attendait à quelque chose d’aussi visuellement recherché et original que le décor du restaurant? Noyée dans sa sauce, il faut admettre que la vedette ressemble un peu à n’importe quelle autre poutine de «shack à patate frite». Une chance qu’un verre de Bourbon Sour (Maker’s Mark, amaretto, une touche de citron et du sirop simple, explique le serveur) avec sa cerise, sa petite tranche de lime et une paille colorée accompagne le tout, pour égayer un peu le portrait et nous ramener sur le bord de la plage, avec le coucher de soleil et tout. Mais bon, l’habit ne fait pas le moine (comme on dit) et à la première bouchée, on est agréablement surpris : la joue de porc braisée est savoureuse et la sauce au bourbon, très réussie,  accompagne bien l’ensemble. Les frites sont correctes et le fromage en grains, classique. Les champignons caramélisés sont un ajout intéressant, sans quoi la poutine serait un peu trop ordinaire à mon goût. Pour ce qui est des épices de Madagascar, qu’on avait bien hâte de découvrir, on les cherche toujours… Bref, une poutine dans l’ensemble «ben correcte» et agréable à manger, mais qui sombre malheureusement un peu dans l’oubli par rapport au reste du parcours. (J. LANDRY)

Le Maizerets

2006, chemin de la Canardière, Québec, (418) 661-3764
Photo: Jessica Landry, 2016

Photo: Jessica Landry, 2016

cferland-coupcoeurgourmandSi vous êtes, comme moi, une éternelle amatrice (ou un éternel amateur) d’une bonne poutine sauce BBQ, précipitez-vous de ce pas au restaurant le Maizerets pour déguster la Maizerets deluxe. Vous ne serez pas déçus. Mon amour profond et fidèle pour la sauce BBQ me pousse d’ailleurs à la proclamer mon coup de cœur de la soirée. Si on me demandait de me lancer dans une comparaison douteuse, je dirais que cette poutine est pour moi le Elvis Gratton de la Poutine Week : certes un peu rustre et sans élégance, moins recherchée que plusieurs de ses concurrentes, mais un classique bien québécois dont je ne me tanne juste pas (c’est peut-être mon petit côté Vanier qui parle ici). Et puis, si on me demandait de nommer une grande gagnante de la catégorie «Poutine d’après-brosse», ce serait celle-ci. Dès la première bouchée, les «bacon bites», des croquettes de bacon et de fromage 1608, me font pleurer des larmes de joie et me donnent envie d’attaquer mes compagnons de table à la fourchette pour en avoir plus. Pour une raison inconnue, ces croquettes réveillent mon instinct animal et primitif : c’est gras, c’est frit, c’est fromagé, c’est décadent, et il y a du vrai et délicieux bacon dedans. Nappées de la sauce Backfire du Bootlegger, une sauce punchée et pleine de goût, elles ajoutent le « kick » parfait à l’assiette et valent selon moi à elles seules le détour. En dessous des divines croquettes en question, on retrouve une super bonne poutine classique avec sa sauce maison et du fromage en grains frais, qui m’a laissée heureuse d’avoir fait le détour dans une contrée jusque-là inconnue. Seul petit bémol, on aurait bien apprécié que les frites soient « vraiment maison », plutôt que de « type maison ». Mais bon, si vous deviez retenir deux mots de cette critique : DIVINES CROQUETTES. Mention spéciale par ailleurs à l’accueil authentique et chaleureux, qui nous a fait sentir comme chez nous. (J. LANDRY)

Brasserie artisanale La Souche

801, chemin de la Canardière, Québec, (581) 742-1144
Photo: Francesca Désilets, 2016

Photo: Francesca Désilets, 2016

cferland-coupcoeurgourmandGagnante du prix du public de l’édition 2015 de la Poutine Week, la brasserie artisanale La Souche propose à nouveau une recette prometteuse. La poutine de pommes de terre rouge maison, de fromage frais du jour de la Fromagerie La Chaudière et de la sauce à la bière de La Souche est ornée de trois saucisses enrobées de bacon, de cheddar fort, d’oignons et de sucre d’érable. L’oignon légèrement frit ajoute une texture croustillante à l’ensemble. Les tendres saucisses se marient agréablement à la sauce. Un accord met-bière avec une bière noire rehausse les saveurs. Le sucre d’érable est généralement gage d’un mariage sucré/salé. J’ai cherché en vain le sucré au fil de la dégustation. Où est le sucre d’érable? Son goût est si subtil. Certains convives à ma table disent qu’il se révèle comme une surprise! De toute évidence, ce n’était pas mon jour chanceux ce soir… Je concède que je suis une véritable bibitte à sucre, accro au pouding chômeur, au chocolat et au sirop d’érable… Ma relation avec les produits d’érable s’apparente à celle d’Obélix avec la potion magique! Je ne suis pas tombée dans le liquide doré, mais presque… J’ai découvert ses saveurs exquises avant même de parler ou de marcher. Bref, il m’en faut davantage pour déceler un goût sucré. Pour tout vous dire, l’arôme de l’oignon était nettement plus présent que le sucre d’érable. Malgré ce bémol, la recette de La Souche ne devrait pas passer inaperçu dans le cadre de l’édition 2016. C’est mon coup de cœur parmi les poutines dégustées pendant ce parcours. (F. DÉSILETS)

Encore une fois cette année, La Souche se surpasse avec une poutine originale et de haut calibre, proposée avec deux choix d’accords bière/mets. La Cochonne Cocktail est une poutine élaborée avec tout plein d’éléments aussi surprenants que diversifiés, mais qui s’harmonisent au final super bien. Les saucisses cocktail à la bière noire maison sont bien réussies et on est surpris par l’ajout des flocons d’érable croquants (pas dans les saucisses mais bien sur la poutine), une touche sucrée inattendue mais très bien balancée. Il faut se le dire, l’idée de mettre des flocons d’érable dans une poutine était risquée, mais il n’y en a pas trop et le mariage sucré/salé s’avère parfait. L’utilisation double du fromage, soit de fromage en grain Chaudière mais aussi de cheddar fort, est également fort trippante. La sauce, qui contient également de la stout, est délicieuse quoiqu’assez discrète. C’est correct : elle complètement vraiment bien le tout et il y a en masse d’autres choses dans cette poutine pour avoir du fun à chaque bouchée. Les oignons frits viennent compléter la patente et apporter une texture que j’apprécie ben gros. Texture, c’est d’ailleurs le mot clé que je retiens de ma dégustation. Au final, ce que j’apprécie le plus de cette poutine, c’est que bien qu’elle soit capotée «ben raide», ça reste quand même une vraie bonne poutine. J’ai préféré de loin prendre la bière noire en accompagnement plutôt que la rousse, dont l’amertume prenait selon moi toute la place. (J. LANDRY)

Fistons

601, 3e avenue, Québec, (418) 977-9239

On se déplace de quelques pas dans Limoilou pour se rendre à notre dernier arrêt, soit aux Fistons, pour déguster une poutine à la côte de bœuf. Ce qui arrive sur la table est pas mal appétissant. La côte de bœuf est une belle pièce de viande goûteuse, sa cuisson est excellente et le goût de fumé apporte beaucoup à l’ensemble. La viande est délicieuse et c’est vraiment ce que l’on retient de ce plat. La pleurote entière est un bel ajout, quoique celle qui se retrouve dans notre assiette soit malheureusement un peu coriace. Encore une fois durant cette soirée, mon instinct animal et primitif aura été réveillé, mais cette fois parce que j’aurai dû me battre avec ma pleurote pour la manger. Ben coudonc! Bien que j’ai été sceptique de trouver des petites patates rissolées dans mon assiette à la place des frites habituelles (je réalise que je suis étrangement conservatrice côté poutine), je suis au final bien contente de cette variante funky qui s’harmonisait bien avec le reste. Le fromage, pas en grain mais plutôt du fromage en cube dont on a oublié le nom, est également une variante intéressante. Ça fond dans la bouche au lieu de faire «squick», mais ça donne une texture riche et fondante et c’est bien le fun. Au final, une poutine riche et savoureuse qui «fait la job» mais qui, encore une fois, pâlit un peu face à ses concurrentes de la soirée. (J. LANDRY)

Photo: Francesca Désilets, 2016

Photo: Francesca Désilets, 2016

Le sympathique restaurant de quartier, Fistons, offre une digne concurrence à la soixantaine de recettes proposées pour l’événement, une poutine à la côte de bœuf fumé et aux pleurotes. Les frites cèdent leur place aux patates rôties en cube, un choix judicieux. Le gravy n’altère pas la fermeté et le croustillant des patates: les Fistons réussissent là où d’autres concurrents ont échoué! Une côte de bœuf finement émincée se marie à merveille aux champignons, aux oignons frits et de jeunes pousses. La verdure est une excellente alternative à l’émincé d’oignons verts, très présent dans le menu de l’édition 2016. La pleurote déçoit. Bien qu’elle convienne tout à fait à cet apprêt, elle s’avère étonnamment coriace. Plusieurs interventions à l’aide d’un couteau de table s’avèrent nécessaires. Le champignon n’est pas plus tendre sous la dent que sous le couteau. Des cubes de gouda fumé rehaussent les saveurs. Au cours du repas, le fromage fond peu à peu et se lie agréablement à la sauce. Le goût fumé, subtil, se révèle dans le gravy. Une fois de plus, je salue l’oignon légèrement frit. Son apport croustillant est le bienvenue: une poutine molle serait un désastre. L’oignon et la viande permettent à Fistons d’éviter cet écueil. Une recette honnête à découvrir dans le charmant bistro limoulois, agrémenté d’un verre de Saint-Ambroise noire! (F. DÉSILETS)

*

Si vous lez aviez manquées, revoici les critiques/appréciations des Parcours #1, Parcours #2, Parcours #3 et Parcours #5.

Sinon, vous pouvez relire ma très, très brève histoire de la poutine!

Collaboratrices pour ce parcours

Jessica LANDRY – Duchesse revengeante de Vanier 2015. La poutine est sa religion, le fromage en grains, son Dieu.

Francesca DÉSILETSOriginaire du Centre-du-Québec, région ayant donné naissance à la poutine, adepte des bistros, des bières de microbrasseries et d’histoire.

*

Historienne, auteure et conférencière, Catherine Ferland est spécialiste d’histoire de l’alcool et de la gastronomie et, plus largement, d’histoire culturelle du Québec. Elle effectue des chroniques à la radio et à télé, en plus de faire des conférences et animations gourmandes aux quatre coins du Québec. Parmi ses ouvrages, mentionnons Bacchus en Canada. Boissons, buveurs et ivresses en Nouvelle-France (Septentrion, 2010) et La Corriveau, de l’histoire à la légende (Septentrion, 2014). Elle signe des critiques culinaires au journal Le Devoir et blogue au catherineferlandhistorienne.com.
Advertisements

La Poutine Week à Québec (partie 3)

Parcours #2- Sainte-Foy, Sillery et Cap-Rouge

Dans la foulée des pré-dégustations de la Poutine Week de Québec, comme je vous le racontais dans le premier article de cette série, mon équipe de collaborateurs-goûteurs s’est dévouée afin de tester des tonnes de très nombreuses poutines. Cela vous permettra de repérer les arrêts incontournables du 1er au 7 février 2016!

Voici donc les critiques/appréciations réalisées lors des visites du  Parcours #2, soit les secteurs Sainte-Foy, Sillery et Cap-Rouge.

Houston avenue Bar & Grill

2955, boul, Laurier, Québec, (418) 659-5050
Photo: Marie-Hélène Janvier, 2016

Photo: Marie-Hélène Janvier, 2016

Ma première expérience de testeuse de poutine débuta au nouveau restaurant Houston du boulevard Laurier. Arrivant à la table avec une faim de loup, je découvris ce chef d’œuvre de beauté : frites torsadées, tranches de saucisse de jambon forêt noir au cheddar surmontées d’oignon vert, fromage bleu vieilli et fumé. Sa présentation alléchante sur un plat en fonte toujours crépitant à son arrivée ne pouvait que satisfaire les grands appétits. Une portion généreuse et largement suffisante pour une seule personne, voire deux! Avant même de faire danser mes papilles gustatives au contact de cette poutine appétissante, je salivais d’envie. À ma première bouchée, je pris bien soin de mélanger tous les ingrédients, un morceau de saucisse, de frite, d’oignon et de fromage bleu. Je fus agréablement saisie par le goût du fromage bleu marié avec la sauce. Le travail que l’on sent derrière la sauce vaut le détour. Une explosion de saveurs et une saveur bien différente de la poutine classique. Celle d’Houston Laurier est digne des compétitions gastronomiques, puisque le chef a joué avec les saveurs en osant le fromage bleu, qui fait de cette poutine un régal. À déguster avec un vin rouge syrah/shiraz pour rehausser les saveurs. (M.-H. JANVIER)

Café au Temps Perdu

867, avenue Myrand, Québec, (418) 681-5601
Photo: Marie-Hélène Janvier, 2016

Photo: Marie-Hélène Janvier, 2016

Dans l’atmosphère chaleureuse du Café Au Temps Perdu, je fus accueillie par une bière ambré, la Charles Henri, de la brasserie Les 2 frères. Le temps de prendre une gorgée, la poutine arriva devant moi. Portion raisonnable, sa présentation simple résumait très rapidement le contenu: frites moyennement épaisses, chair de saucisse merguez, oignon caramélisé, fromage en grain, mélange de sauce cajun et à poutine. N’étant pas une amatrice de saucisse merguez, ma première bouchée ne fut pas des plus agréables, car son goût était très prononcé. Ma deuxième tentative avec un oignon et une frite fut une expérience différente. Ces oignons étaient un véritable délice. L’accord bière et merguez permettait de diminuer le goût fort de la saucisse. Par contre, les amateurs de la saucisse merguez seront bien servis avec cette poutine, puisque mes comparses goûteurs prirent quelques minutes avant de faire disparaître cette dernière! Cette poutine ne présentait pas de complexité particulière: c’était une recette honnête et simple qui peut satisfaire l’amateur de poutine de fin de soirée (ou de nuit!). (M.-H. JANVIER)

L’Gros Luxe

859, avenue Myrand, Québec (581) 981-5727
Photo: Francesca Désilets, 2016

Photo: Francesca Désilets, 2016

C’est dans l’ambiance animée du restaurant L’Gros Luxe que je découvre leur version de la poutine. L’établissement revisite le plat original… en remplaçant les frites par des croquettes de patates à déjeuner de forme cylindrique. Je dois admettre que j’aurais préféré l’utilisation de patates cuisinées sur place au lieu de produits surgelés! La sauce comporte plusieurs arômes, notamment l’ananas, le rhum et le jalapeño. Malgré la présence de ce piment fort, la sauce s’avère plutôt légèrement épicée. Une subtilité qui déçoit les palais les plus friands de cet ingrédient. De fines lanières de chou agrémentent la poutine. Le croquant du légume ajoute de la texture au repas. Toutefois, il met en relief le manque de consistance des patates parsemées de sauce. La présence d’ingrédients frais, le fromage et le chou, pourrait avoir pour incidence de tiédir la poutine servie. Cette poutine pourrait séduire les amateurs de patates et de chou, mais m’a plutôt déçue. (F. DÉSILETS)

Restaurant nouvellement ouvert à Québec, L’Gros Luxe nous accueillait dans une atmosphère chaotique. Beaucoup de clients et de bruits ambiants dans un décor des plus originaux. J’avais vraiment hâte de goûter à leur poutine, mais lorsqu’elle arriva enfin, je fus déçue. Pomme de terre déjeuner non croustillantes, fromage en grain, choux mauve, sauce sans goût où les saveurs d’ananas et de jalapeño annoncées semblaient absentes. Le goût de la pomme de terre dominait tout le reste, masquant les nuances des autres ingrédients. Les saveurs n’étaient pas harmonieuses et la complexité d’une poutine de compétition n’y était pas. Les bouchées ne m’étaient donc pas agréables, d’autant plus que la texture générale de la poutine était… molle. Très rapidement, je faisais face à une bouillie, puisque la sauce ramollissait les pommes de terre. La poutine était donc malheureusement peu appétissante. Les amateurs de patates déjeuners seraient peut-être au contraire très satisfaits, mais en ce qui me concerne, ce type de pommes de terre ne devrait pas se trouver dans une poutine. (M.-H. JANVIER)

Archibald Microbrasserie

1240, autoroute Duplessis, Québec, (418) 877-0123
Photo: Luc Saint-Laurent, 2016

Photo: Luc Saint-Laurent, 2016

cferland-coupcoeurgourmandAvant tout, je tiens à préciser que je ne suis pas un grand fan du restaurant l’Archibald. J’y trouve de l’intérêt seulement pour la bière Veuve noire. Tout ça pour dire que la poutine «partait avec une prise»… Toutefois, celle qui nous a été présentée était parfaite, voire exceptionnelle! Conçue à base de bières de l’Archibald, avec une garniture excellente faite d’effiloché de sanglier à la bière Valkyrie, le tout accompagné d’échalotes, de ciboulette, d’oignons rouge et de cornichons. À noter que la généreuse quantité d’oignons rouge donne tout un punch à la garniture! La sauce moutarde au moût de Chipie, une bière vedette de l’Archibald, était sublime. On a même pensé à demander du pain pour finir la sauce. Le tout est servi avec de belles grosses frites maison. En bonus avec cette poutine… un petit cadeau des Dieux : un morceau de caramel salé avec du bacon! Ouch, que c’est bon! Un plat bien balancé: chaque bouchée était délicieuse. Présentation originale, sur un semblant de papier journal… lecture en sus! Pour les gros mangeurs, la portion est parfaite. Ce que je retiens de cette poutine? Tout! Le goût exceptionnel de la sauce avec le sanglier, et que dire du caramel… Je retournerai assurément manger cette poutine. L’Archibald vient de frapper un gros coup sûr! (L. SAINT-LAURENT)

cferland-coupcoeurgourmandLa chaleureuse et accueillante succursale de l’Archibald, située dans le secteur de l’autoroute Duplessis, propose une succulente poutine au sanglier. À mon avis, il s’agit d’une incontournable de l’édition 2016 de la Poutine Week. Une généreuse portion d’effilochée de sanglier à la bière Valkyrie est servie sur les frites et le fromage. Le tout est rehaussé par une sauce à la moutarde de Meaux, bière la Chipie et pickles d’oignons rouges. Les expressions «mieux que l’original» et «bon jusqu’à la dernière goutte» me viennent immédiatement à l’esprit pour décrire cet apprêt riche en saveurs. En effet, la sauce n’altère pas la texture croustillante des patates frites. La dégustation de ce plat révèle d’autres surprises… C’est avec étonnement que j’ai constaté la présence d’un morceau de caramel au bacon et à la fleur de sel déposé sur le flan de la poutine. Cet élément décoratif contribue à l’explosion de saveurs salées et sucrées proposées par l’Archibald. Malgré les multiples ingrédients présents, un dosage approprié permet de goûter et d’apprécier chacun d’eux. La microbrasserie offre un galopin de bière Valkyrie en accord avec ce met. La poutine au sanglier, un ravissement pour les yeux et les papilles! (F. DÉSILETS)

cferland-coupcoeurgourmandLe restaurant l’Archibald m’a fait une agréable surprise avec son époustouflante poutine. Plusieurs ingrédients harmonieux démontraient une impeccable qualité d’exécution en cuisine. Vous êtes curieux, n’est-ce pas? Lisez ceci : effiloché de porc à la bière Valkyrie, oignon perlé, oignon rouge, ciboulette, fromage en grain, sauce «gastrique» de moutarde de Meaux et de bière Chipie. Le clou du spectacle : un morceau de caramel fleur de sel cuit avec de morceaux de bacon à l’intérieur. IN-CROY-ABLE! À ma première bouchée, je n’ai pu retenir un « WOW! » suivi d’un immense sourire de satisfaction. C’était tout simplement savoureux. Une explosion de saveurs qui vous fait replonger pour prendre une autre bouchée aussitôt la première terminée. Ma découverte fut le mélange de saveur avec un morceau de caramel, une frite, un oignon et un fromage. L’originalité des saveurs m’a conquise, fermant les yeux à chaque bouchée, je découvrais de nouveaux arômes. L’accord de bière Chipie avec la sauce cuisinée avec cette même bière était un véritable délice. Elle est la meilleure poutine que j’ai mangée dans ma vie! C’est pour cette raison que je la recommande à toutes et à tous! (M.-H. JANVIER)

Resto-Pub l’Immédia

1221, rue Charles-Albanel, Québec, (418) 877-2646
Photo: Francesca Désilets, 2016

Photo: Francesca Désilets, 2016

Le resto-pub L’Immédia, un restaurant convivial situé à Cap-Rouge, sert une poutine digne des amateurs de viandes. De tendres boulettes de bœuf, et smoked meat, un effiloché de smoked meat et des lanières de bacon et d’oignons caramélisés sont déposés sur un lit de frites juliennes maison et de fromage. Outre le fromage en grain, cette poutine contient du fromage suisse râpé. Quant à la sauce BBQ maison, elle est élaborée à partir de gras de canard. Riche en protéines animales, le met est agréablement «cochon». Il ne laisse aucun goût huileux en bouche. Et aucun détail n’échappe au cuisinier. Une cuisson adéquate des viandes permet de conserver saveurs et tendreté. La température du fromage du fromage est au point, juste assez fondu. Les ingrédients, sans être inusités, créent un amalgame réussi. Le fast food devient confort food. Tant l’atmosphère du restaurant, le service chaleureux et la familiarité des ingrédients contribuent au caractère réconfortant de cette poutine. À moins de 15 kilomètres du centre-ville de Québec, ce savoureux met du Resto-Pub L’Immédia vaut le détour! (F. DÉSILETS)

Les Boucanes

955, route Jean-Gauvin, Québec, (418) 704-7043

Mes escales de saveurs ont pris fin au restaurant Les Boucanes, où j’ai goûté à une poutine qui m’a surprise par sa sauce BBQ, ses frites maison et son style mexicain. Je retrouvais le bon vieux fromage «squick squick» surplombé d’une sauce légèrement épicée et recouverte de chili con carne, de crème sure et de coriandre. Trois chips de maïs donnaient de la couleur au plat et ajoutaient à son originalité. Si ma première bouchée ne fut pas concluante, car ce goût différent s’avère assez déroutant, j’ai été conquise dès la deuxième bouchée par le mélange de coriandre, de chili et de pommes de terre. J’aurais même demandé davantage de coriandre tant j’aimais l’effet que cela donnait au plat! Le chili con carne était bien exécuté, mais il manquait selon moi de piment. J’aurais apprécié qu’il soit plus épicé afin qu’il donne davantage de corps au plat. Quoi qu’il en soit, cette poutine avait le mérite d’être originale! (M.-H. JANVIER)

Photo: Francesca Désilets, 2016

Photo: Francesca Désilets, 2016

À Cap-Rouge, le resto Les Boucanes revisite agréablement le classique du fast food québécois avec la poutine San Antonio. Il s’agit d’une poutine agrémentée de sauce au BBQ maison, de chili con carne fumé, crème sure et coriandre fraîche. Ce mélange se révèle être aussi surprenant que délicieux. La coriandre fraîche ajoute de la complexité au met en rehaussant les saveurs du fromage et du chili con carne. Le chili a d’ailleurs été apprécié par l’ensemble des convives assis à ma table, mais son goût fumé, plutôt subtil, aurait pu être davantage présent. Le dosage des ingrédients mériterait cependant d’être revu. Les frites et le fromage devraient être nappés d’une plus grande quantité de chili. Mes papilles ont à peine décelé le goût du soupçon de crème sure. Aurait-il fallu en mettre davantage? C’est sans doute comme le ketchup, au gré des goûts de chacun! Un petit bol d’appoint accompagnerait très bien ce mets, puisque la quantité de crème sûre serait alors à la discrétion de chacun des goûteurs. Les trois croustilles de maïs contribuent positivement à l’apparence du plat. Pour conclure, moyennant les petits ajustements mentionnés, cette poutine au chili  mériterait d’intégrer le menu régulier au même titre que la galvaude ou la poutine italienne, car elle plaira assurément aux amateurs de nourriture mexicaine. (F. DÉSILETS)

*

Si vous lez aviez manquées, revoici les critiques/appréciations des Parcours #1, Parcours #3, Parcours #4 et Parcours #5.

Sinon, vous pouvez relire ma très, très brève histoire de la poutine!

Collaborateurs pour ce parcours

Marie-Hélène JANVIER Citoyenne du monde, passionnée par les voyages et adepte de tous lieux où il est possible de manger en bonne compagnie.

Luc SAINT-LAURENT– Fier résident de Saint-So, aime la bonne bière et la nourriture saine et bien grasse.

Francesca DÉSILETSOriginaire du Centre-du-Québec, région ayant donné naissance à la poutine, adepte des bistros, des bières de microbrasseries et d’histoire.

*

Historienne, auteure et conférencière, Catherine Ferland est spécialiste d’histoire de l’alcool et de la gastronomie et, plus largement, d’histoire culturelle du Québec. Elle effectue des chroniques à la radio et à télé, en plus de faire des conférences et animations gourmandes aux quatre coins du Québec. Parmi ses ouvrages, mentionnons Bacchus en Canada. Boissons, buveurs et ivresses en Nouvelle-France (Septentrion, 2010) et La Corriveau, de l’histoire à la légende (Septentrion, 2014). Elle signe des critiques culinaires au journal Le Devoir et blogue au catherineferlandhistorienne.com.

Mes 20 coups de cœur gourmands pour les Fêtes

De bonnes idées pour vos cadeaux d’hôtesse!

cferland-vsp-vendange tardiveCes dernières années, j’ai eu le plaisir de découvrir une grande variété de produits fins québécois, tant alcools que fromages ou charcuteries. Si les goûts eux-mêmes ne se discutent pas – à ce qu’on dit – on peut quand même s’en parler!

Je vous livre donc ici quelques-uns de mes coups de cœur (très personnels), question de vous inspirer lorsque vous passerez au marché public, à votre fromagerie favorite ou à la SAQ avant votre party de famille.

Bonnes agapes! 😀

* Dans mon verre, je déguste avec bonheur *

  • Le Moulin à grains, vin blanc, cépages Vandal-Cliche, Seyval et St-Pépin, 11% alc., Domaine des 3 moulins
  • Le Chevalier, vin de miel vieilli en fûts de chêne, préparé à base de miel de sarrasin, 16% alc., Miel Nature (disponible SAQ)
  • Le Vieux Moulin – Hydromel de framboise, vin de miel et de framboise, 12% alc., Vieux Moulin de Sainte-Flavie (disponible SAQ)
  • La Prunelle, crème de prunes, 20% alc., Cidrerie et Vergers Pedneault
  • Le Pérado, «porto» de bleuets, dattes, figues et cassis, 18% alc., Les Boissons du Roy
  • Le Brochu, liqueur de framboise et cassis, 23% alc., La Vallée de la framboise (disponible SAQ)
  • Le Kamouraska Vodka érable, alcool de grain au sirop d’érable Canada no. 1 extra-clair, 30% alc., Kamouraska Vodka (disponible SAQ)
  • Le Vendange tardive, vin blanc doux, cépages Vandal-Cliche et Vidal, 12% alc., Vignoble Sainte-Pétronille

cferland-fromages-saucissons

* Dans mon assiette, je savoure avec délectation *

  • La mousse de foie de cerf rouge au brandy et cognac, Cerfs rouges Labrecque
  • Le Rondin, saucisson aux champignons sauvages séchés de Gaspésie, Viandes biologiques de Charlevoix
  • Le Si pousse à la bière noire de Montréal, saucisson artisanal séché, Fou du cochon et Scie
  • Le confit d’oignon à la bière blanche de la Chouape et aux bleuets, Bock
  • Les rillettes de pur canard à la lavande, Les Ducs de Montrichard
  • Le nougat aux oranges confites, La Nougaterie Québec (livraison partout au Québec)
  • Le Clos des Roches, fromage à pâte pressée cuite vieilli 12 mois (régulier) à 24 mois (réserve), Fromagerie des Grondines

 

* Pour finir, voici mes trois duos «chouchous» d’accords alcool et fromage! *

D’abord, le Secret de Maurice accompagné de L’Or de l’Isle-aux-Coudres. Ce fromage de la Maison d’affinage Maurice Dufour, dont la pâte coulante donne envie de le déguster tout entier à la petite cuillère (c’est d’ailleurs le «secret»!), est un pur ravissement avec ce cidre de poires de Cidrerie et Vergers Pedneault où les notes fruitées explosent en bouche comme une fraîche journée d’octobre.

Ensuite, le Hermann de la Fromagerie du Charme et l’Orpailleur rouge du vignoble de l’Orpailleur. On a ici l’alliance de l’ancien et du nouveau: cette toute jeune fromagerie propose un produit démontrant un «caractère» des plus affirmés qui s’apparie à merveille avec ce vin rubis et complexe issu de l’un de nos plus anciens vignobles québécois.

Enfin, le Bleu d’Élizabeth et l’Hydromel Médiéval Réserve élaboré par Intermiel. La qualité de ce produit de la Fromagerie du Presbytère n’est plus à démontrer; or, au contact de ce vin de miel capiteux, on assiste à une fusion de saveurs qui saura rallier tout le monde… même les moins friands de pâtes persillées. Avec quelques noix grillées, c’est l’épiphanie gustative assurée!

*

Bandeau-histoire gourmande-Fêtes2015

Pour 2016, je vous souhaite le bonheur, la santé, l’amour, la prospérité et le plaisir.

Et j’ai bien envie de vous proposer la résolution suivante: si vous vous donniez pour objectif de découvrir au moins un nouveau produit/nouveau producteur québécois à tous les mois? N’hésitez pas à me faire part de vos propres trouvailles!

Allez, on se retrouve après les Fêtes!

Bises.

Catherine

Historienne, auteure et conférencière, Catherine Ferland est spécialiste d’histoire de l’alcool et de la gastronomie et, plus largement, d’histoire culturelle du Québec. Elle participe régulièrement à des émissions de radio et de télé, en plus de faire des conférences aux quatre coins du Québec. Parmi ses ouvrages, mentionnons Bacchus en Canada. Boissons, buveurs et ivresses en Nouvelle-France (Septentrion, 2010) et La Corriveau, de l’histoire à la légende (Septentrion, 2014), gagnant du Prix littéraire du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean 2015 et finaliste aux Prix littéraires du gouverneur général 2014 ainsi qu’au Prix Jean-Éthier-Blais 2015.  Elle blogue au catherineferlandhistorienne.com et signe des critiques culinaires au journal Le Devoir depuis 2012.

Le champagne, Veuve Clicquot et nous

160 ans de présence de la célèbre maison champenoise au Québec

(Il s’agit de la version plus longue et étoffée d’un article préparé pour Le Devoir)
Photo: Catherine Ferland

Photo: Catherine Ferland

Voltaire affirmait que «la mousse pressée et l’écume pétillante» du champagne évoquaient l’image des Français. Boisson emblématique de l’impétueux siècle des Lumières, ce vin effervescent et joyeux est lié à la célébration, comme chacun le sait.

Ce qui est moins connu, c’est que Veuve Clicquot Ponsardin a été la première maison à expédier régulièrement des caisses de champagne au Québec dès 1855! Ces célèbres bouteilles sont, par conséquent, complices des meilleures tables d’ici depuis 160 ans.

Veuve Clicquot Canada a tenu à souligner avec panache ce vénérable anniversaire. Le 3 novembre, une cinquantaine d’invités prestigieux, gens d’affaires et membres de la presse gastronomique ont été conviés au Fairmont Le Château Frontenac.

La vie de château

Danse au Château Saint-Louis, 1801. BAC, 1989-472-1.

Danse au Château Saint-Louis, 1801. BAC, 1989-472-1.

Le choix du lieu n’était pas anodin. Bien campé sur le Cap Diamant, il s’agit du site même où s’érigeait autrefois le château Saint-Louis, centre du pouvoir et résidence des gouverneurs pendant plus de 200 ans. Depuis 1892, le Château Frontenac prolonge et confirme le prestige de ce site.

Si l’on tend l’oreille, peut-être entendra-t-on les échos des soirées réunissant toute la meilleure société. Ce brillant foyer de la vie sociale et culturelle était en effet le théâtre de plantureux repas, banquets et réceptions de toutes sortes… où le champagne présidait immanquablement!

Tiens: avant de parler de la splendide soirée donnée le 3 novembre 2015, une petite excursion dans le temps s’impose. Vous ne le regretterez pas, foi d’historienne! 🙂

Le champagne, de France à Nouvelle-France

Verre à pied. Photo : Marc-André Grenier/MCC/LRAQ.

Verre à pied. Photo : Marc-André Grenier/MCC/LRAQ.

Pendant les premières décennies de commercialisation du champagne, les bouteilles étaient trop fragiles pour voyager. On ne pouvait donc les déplacer en grande quantité ni sur de grandes distances. Or, le développement de bouteilles plus solides finit par rendre possible l’exportation de vin effervescent. l’arrêt du 25 mai 1728, Louis XV autorise le transport du champagne en paniers de 50 à 100 bouteilles. Cette décision royale ouvre toutes grandes les portes à ce vin fougueux.

On retrouvera donc du champagne à des centaines de kilomètres de la Champagne… et jusqu’en Nouvelle-France. Il faut dire que nos aristocrates locaux tentent le mieux possible de calquer le mode de vie de la Cour de Versailles, affichant entre autres des manières de table raffinées. Lorsque, après 6 à 8 semaines de transport par bateau, les précieux flacons arrivent au port de Québec, ils trouvent aussitôt preneurs. Et ce, même si le champagne vaut trois fois plus cher que le vin «ordinaire» et deux fois plus cher que meilleurs crus de Frontignan ou de Graves! Les maisons champenoises commerçant avec le Canada ne sont malheureusement pas connues.

Le déjeuner d'huîtres (1735).

Le déjeuner d’huîtres (1735).

À défaut d’une œuvre illustrant nos nobles buveurs de la Nouvelle-France, ce détail du tableau Le déjeuner d’huîtres de Jean-François de Troy (1735) montre bien la dimension élitiste et festive du champagne. Il s’agit d’ailleurs de la première figuration du champagne dans l’iconographie du 18e siècle!

Le retour des bulles

Si le champagne est présent par intermittence vers du Régime français, il se raréfie après la Conquête. En effet, aux difficultés inhérentes au transport transatlantique s’ajoutent d’importantes contraintes commerciales : la France, nation ennemie de la Grande-Bretagne, n’est pas la bienvenue dans la vallée du Saint-Laurent. Hormis quelques initiatives personnelles, les échanges entre le Canada et son ancienne mère-patrie sont presque inexistants.

cferland-menu-bal-belveze-1855Les choses sont appelées à changer au milieu du XIXe siècle, pour deux raisons.

Tout d’abord, en 1849, le gouvernement britannique abolit les lois interdisant aux navires étrangers de naviguer en eaux canadiennes. Ensuite, en 1855, en pleine guerre de Crimée, Français et Britanniques font alliance contre les Russes.

Ce rapprochement favorise la reprise des relations diplomatiques et commerciales avec la France, symbolisées par la venue de la corvette française La Capricieuse, accueillie en grande pompe dans la vallée du Saint-Laurent à l’été 1855. Du champagne de la maison Ruinart est d’ailleurs servi à cette occasion, comme nous l’apprend le menu du bal offert en l’honneur du capitaine Belvèze.

Veuve Clicquot et le Canada

Photo: Catherine Ferland

Photo: Catherine Ferland

Jointe aux nouvelles possibilités amenées par l’industrialisation (songeons simplement aux bateaux à vapeur et aux chemins de fer!), l’ouverture du marché canadien profite aux négociants français les plus hardis, dont madame Clicquot.

Barbe-Nicole Clicquot-Ponsardin, dite Veuve Clicquot (1777-1866), est une personne d’affaires avisée et visionnaire. Dans une lettre datée du 24 février 1855, madame Clicquot explique être « toute disposée à expédier, à titre d’essai » ses meilleurs champagnes au Canada, afin de «propager la réputation de ma marque dans vos contrées. » Dans les mois qui suivent, 25 caisses de Veuve Clicquot Ponsardin sont envoyées à Québec, et tout autant pour Montréal.

L’élite canadienne, aussi bien d’ascendance française que britannique, raffole de ce vin de fête. Les bouteilles de Veuve Clicquot sont de tous les repas gastronomiques, aux côtés du homard, des huîtres, des pintades et autres mets raffinés.

Bien sec, s’il-vous-plaît

cferland-clicquot-carton-jaune-brutFait intéressant, on connaît les préférences des Canadiens en matière de champagne… grâce à madame Clicquot elle-même! Dans sa correspondance d’affaires, cette dame avisée n’hésitait pas à s’enquérir des goûts locaux : « êtes-vous convaincu qu’il est essentiel qu’un vin soit sec et corsé pour réussir chez vous? » demandait-elle sans détour à l’un de ses agents au Canada.

C’est ainsi que, dans les années 1870, on trouvera ici du Veuve Clicquot doux et du Veuve Clicquot brut!

Vin de prestige

Doux ou sec, le champagne est toujours présent aux meilleures tables du Canada. Il est aussi omniprésent lors des visites de la famille royale. Ainsi, c’est du Veuve Clicquot 1928 qui sera servi à l’occasion de la visite officielle au Canada du roi George VI et de son épouse en 1939. Et en 1951, lors du premier voyage officiel au Canada de la princesse Elizabeth (future souveraine) et de son époux, le choix se porte encore vers la célèbre maison champenoise pour désaltérer agréablement Leurs Majestés… au Château Frontenac!

Un pétillant programme

Photo: Karel Chladek pour Veuve Clicquot

Photo: Karel Chladek pour Veuve Clicquot

Le 3 novembre dernier, afin de refléter cette belle histoire, une partie du groupe des invités de Veuve Clicquot Canada a quitté Montréal à bord d’un wagon prestigieux de Via Rail pour se rendre à Québec. Après une petite promenade à pied dans les rues du Vieux-Québec, ces invités ont emprunté le funiculaire pour atteindre la terrasse Dufferin, juste aux pieds du Fairmont Le Château Frontenac.

Du champagne et un goûter ont été offerts dans la verrière donnant sur le fleuve, moment au cours duquel j’ai eu l’honneur de donner une miniconférence sur l’histoire du champagne au Québec. Vous retrouvez d’ailleurs l’essentiel de mes propos ici, dans le présent billet! 😉

cferland-cocktail-rose

Photo: Karel Chladek pour Veuve Clicquot

Dès 18h30, c’est en présence de personnalités québécoises et notamment de femmes d’affaires prestigieuses – citons mesdames Lise Watier et Charline Ratté – que le cocktail au Veuve Clicquot Rosé a été servi au Salon Rose du Fairmont Le Château Frontenac. J’ai eu la chance de discuter assez longuement avec monsieur Dominique Demarville, chef de cave de la maison Veuve Clicquot.

Le groupe s’est ensuite rendu dans le Cellier afin d’y déguster un repas gastronomique inspiré de celui offert à la reine Elisabeth lors de sa visite au Québec en 1959… arrosé de quatre vins de la maison Veuve Clicquot Ponsardin: le rosé, le blanc millésimé 2004, le brut carte jaune et le demi-sec. Des «tableaux» musicaux – Technopéra, de Bellita Productions – ponctuaient les services avec raffinement et originalité.

J’ai eu le vif plaisir de faire la connaissance de madame Fabienne Moreau, historienne chez Veuve Clicquot, et aussi de rencontrer plusieurs personnalités influentes de la scène culturelle, gastronomique et numérique, telles que Carrie MacPherson, Héloïse Leclerc, Camille Dg, Marie-Claude Di Lillo, Lolitta Dandoy… sans oublier l’ineffable Allison Van Rassel, foodie à la barre de Ça goûte bon! 😀

*

*

Madame Clicquot aura été une figure d’entrepreneuriat féminin hors du commun, dépassant largement les frontières de la Champagne, de la France et de l’Europe à une époque où les possibilités offertes aux femmes connaissaient plutôt une régression. Quand on y songe, c’est un joli retour des choses pour ce vin qu’on a toujours considéré comme si bien approprié aux femmes. Après tout, comme l’aurait affirmé la marquise de Pompadour, le champagne est «le seul vin qui conserve la beauté d’une femme»!

Bises.

Catherine

Historienne, auteure et conférencière, Catherine Ferland est spécialiste d’histoire de l’alcool et de la gastronomie et, plus largement, d’histoire culturelle du Québec. Elle participe régulièrement à des émissions de radio et de télé, en plus de faire des conférences aux quatre coins du Québec. Parmi ses ouvrages, mentionnons Bacchus en Canada. Boissons, buveurs et ivresses en Nouvelle-France (Septentrion, 2010) et La Corriveau, de l’histoire à la légende (Septentrion, 2014), gagnant du Prix littéraire du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean 2015 et finaliste aux Prix littéraires du gouverneur général 2014 ainsi qu’au Prix Jean-Éthier-Blais 2015.  Elle blogue au catherineferlandhistorienne.com et signe des critiques culinaires au journal Le Devoir depuis 2012.

Déguster et commenter le vin : depuis quand?

Un plaisir ancien toujours renouvelé

Cours d'oenologie à Montréal, 1959.

Cours d’oenologie à Montréal, 1959.

À l’occasion de la sortie du guide du vin Le Lapeyrie 2016, j’ai décidé de répondre à une question qu’on me pose fréquemment: depuis quand fait-on des dégustations de vin?

S’agit-il d’une activité aussi vieille que le vin lui-même? À quand remontent les premiers guides du vin? Et comment un passionné du vin comme Philippe Lapeyrie a-t-il procédé pour réaliser le sien?

Je vous ai donc – avec entrain et amour, comme toujours! – concocté ce qui suit.

Des vignes, des hommes… et des experts

Procès-verbal de dégustation du vin de Saintonge, Québec, 25 septembre 1728.

Première page du procès-verbal d’une dégustation de vin de Saintonge, Québec, 25 septembre 1728.

J’en ai déjà parlé ici, le vin est une boisson ancienne. L’appréciation des qualités et vertus du jus de la vigne  a sans doute commencé il y a fort longtemps… bien avant qu’il ne vienne à l’idée de quelqu’un d’écrire un guide à son sujet! 🙂

Les premières «dégustations» dûment décrites étaient d’abord et avant tout des actes commerciaux: il s’agissait de vérifier si la marchandise était suffisamment bonne pour avoir une valeur marchande. J’ai d’ailleurs trouvé cette très intéressante archive (image ci-contre) où l’on rend compte de la qualité du vin saintongeais reçu à Québec en 1728. Après dégustation par quelques marchands et commis du Domaine d’Occident, ce vin fut trouvé «d’une verdeur si piquante» qu’on estimait qu’il deviendrait aigre en quelques semaines!

Traité sur le vin, 1824.

Traité sur le vin, 1824.

Il fallait donc sortir des considérations purement commerciales pour entrer dans la sphère gastronomique en offrant des descriptions précises des vins. Le pas fut franchi progressivement au 19e siècle, alors qu’on commence à voir apparaître des traités sur le vin. Mais il s’agit souvent d’ouvrages axés sur la production, remplis de conseils d’agronomie à la fine pointe des connaissances d’alors…

L’expertise a cependant commencé à se construire, ce qui a permis à l’œnologie de se définir et au métier de sommelier de se structurer. Pour vous donner une petite idée, malgré une très longue tradition vinicole, ce n’est qu’en 1955 que le titre d’œnologue a été reconnu en France!

Du vin pour tous

Jusqu’aux années 1980, la littérature sur le vin s’adressait surtout aux professionnels de cette industrie. Pour Monsieur et Madame tout-le-monde, il pouvait être assez difficile de s’y retrouver et de faire les bons choix, surtout avec l’apparition des vins du Nouveau Monde (Chili, Australie, Californie, Canada, etc.) qui est venu accroître la variété des bouteilles disponibles à la Société des alcools du Québec!

Élèves de l'Institut de tourisme et d'hôtellerie, Montréal, 1973.

Élèves de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie, Montréal, 1973.

Au Québec, c’est à Michel Phaneuf que l’on doit le premier guide du vin, en 1981. Le sommelier bien connu y décrivait alors 500 vins disponibles au Québec. Le Guide Phaneuf du vin est ensuite paru annuellement, permettant ainsi à de nombreux Québécois de s’initier à la dégustation en identifiant les produits qui méritaient leur attention. Notons aussi le Guide Hachette des Vins, qui célèbre ses 30 ans cette année, fruit de la collaboration d’une équipe de rédacteurs et de collaborateurs.

On voit donc que les ouvrages consacrés au vin et à sa dégustation, tout comme le métier de sommelier et la science œnologique, sont très récents dans l’histoire humaine – et dans l’histoire québécoise! Ce qui, bien sûr, n’a pas empêché des générations et des générations de buveurs d’apprécier le vin par eux-mêmes.

Le Lapeyrie nouveau est arrivé!

Le Lapeyrie 2016

Le Lapeyrie 2016

Suivant les pas des Phaneuf, Chartier, Aubry et autres, Philippe Lapeyrie présentait cette année son 5e guide du vin. Réalisé en collaboration avec Mathieu Saint-Amour, Mario Landry, Jean-François Pelletier et Pascale Labrecque, Le Lapeyrie 2016 a été lancé en grande pompe à La Nef, à Québec, le mardi 13 octobre dernier. Se disant lui-même surpris du succès remporté par ses livres, Philippe Lapeyrie n’a pas lésiné sur les moyens afin de produire un guide accessible, pratique et sympathique. Pour réaliser un livre de ce genre, son équipe et lui ont goûté à pas moins de 2000 vins entre janvier et août!

En 5 ans à peine, le sommelier et chroniqueur observe que beaucoup de choses ont changé au Québec. Ainsi, l’offre de la SAQ est en transition, proposant moins de vins abordables et davantage de produits commerciaux, surfant sur l’engouement populaire. Saviez-vous que les vins espagnols représentent pratiquement 10% des ventes?

Philippe remarque que d’excellents vins issus de cépages comme le syrah et la grenache se démarquent en ce moment. Les jeunes vignerons bios qui produisent des vins nature sont aussi dans sa mire : ce n’est pas un hasard s’ils sont très présents dans son livre.

Le sommelier du peuple

Mais au fait, qu’est-ce qui oriente les choix d’un sommelier lorsque vient le temps de sélectionner les vins qui apparaissent dans un tel guide?

Pour Philippe Lapeyrie, la démarche repose sur l’honnêteté, aussi ne propose-t-il que des bouteilles qu’il boirait lui-même avec sa blonde et ses amis. «Est-ce que ça me plait? Est-ce que j’en prendrais 2-3 verres en famille?» L’ouvrage reflète nécessairement ses goûts personnels. Si ses vins favoris comportent très peu de sucres résiduels, il souligne que nombre de personnes qui s’initient au vin recherchent au contraire le sucre et les notes de vanille, de noix de coco… ce qui est normal. Mais, estime-t-il, un palais plus habitué recherchera souvent davantage de subtilité. Sa sélection tient compte de cet éventail de possibilités.

Philippe Lapeyrie et Catherine Ferland au lancement du Lapeyrie 2016 à Québec

Philippe Lapeyrie et Catherine Ferland au lancement du Lapeyrie 2016 à Québec

Il refuse pourtant toute publicité (malgré les offres alléchantes qu’il reçoit) car son guide se veut un ouvrage indépendant, impartial. Aucune «tape dans le dos» ou mention d’un vignoble s’il n’est pas convaincu de la qualité et du bonheur que vous trouverez dans votre verre. Il ne «poussera» jamais bouteille qui n’en vaut pas la peine! C’est cette approche qui, croit-il, explique la popularité de son travail.

Et c’est sans gêne aucune qu’il a mis l’accent sur plusieurs produits québécois puisque, après 35 ans de viticulture, nos vignerons réalisent de magnifiques bouteilles en travaillant avec les terroirs, les cépages les qualités qui nous sont propres. Dans le Lapeyrie 2016 se trouvent donc des «Top 10» des vins blancs, des vins rouges et aussi des cidres du Québec. Philippe parle avec enthousiasme du Domaine Les Pervenches, qui produit un chardonnay splendide en biodynamie… disponible uniquement au vignoble pour le moment.

Dernier truc de notre aimable sommelier. Un vin doit être servi à 10 degrés pour les blancs et à 16 pour les rouges, puisque le froid a tendance à masquer les éventuels défauts mais aussi les subtilités du vin. Ainsi mis à nu, il vous révélera son âme.

Bises.

Catherine

Historienne, auteure et conférencière, Catherine Ferland est spécialiste d’histoire de l’alcool et de la gastronomie et, plus largement, d’histoire culturelle du Québec. Elle participe régulièrement à des émissions de radio et de télé, en plus de faire des conférences aux quatre coins du Québec. Parmi ses ouvrages, mentionnons Bacchus en Canada. Boissons, buveurs et ivresses en Nouvelle-France (Septentrion, 2010) et La Corriveau, de l’histoire à la légende (Septentrion, 2014), gagnant du Prix littéraire du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean 2015 et finaliste aux Prix littéraires du gouverneur général 2014 ainsi qu’au Prix Jean-Éthier-Blais 2015.  Elle blogue au catherineferlandhistorienne.com et signe des critiques culinaires au journal Le Devoir depuis 2012.