Souper du terroir et alcools du Québec

Vous connaissez mes allégeances : je suis férue de gastronomie québécoise et de produits du terroir. Rien ne plaît autant à mes papilles qu’un bon fromage du Québec, si possible dégusté entre amis. C’est donc sous ce thème que j’ai organisé un fameux souper au début de septembre, conviant quelques passionnés de bonne bouffe à venir partager leurs coups de cœur. «Je m’occupe des boissons», ai-je déclaré.

Me voici donc en compagnie de mon chéri, arpentant les allées de la SAQ à la recherche des vins du Québec, au risque de me perdre entre espagnols et italiens (ah, j’admets qu’ils me font un petit effet, ceux-là!). De guerre lasse, j’apostrophe un commis qui s’empresse aussitôt de m’indiquer la voie pour trouver les blancs, les rouges et les «autres» alcools du Québec, à savoir les cidres et boissons artisanales. Je fixe mon choix sur deux rouges et deux blancs. Et, pour faire bonne mesure, j’ajoute une crème de cassis. Un kir, c’est si bon à l’apéro, n’est-ce pas! À la caisse, on me fait savoir qu’à la faveur d’une promotion en cours, une cinquième bouteille de vin ne me coûterait que quelques dollars supplémentaires. Allez hop, une troisième bouteille d’un beau rouge grenat vient rejoindre ses consœurs dans mon sac (solide et écologique, ça va de soi), en prévision d’une soirée qui promet.

Mes invités ont remarquablement bien respecté la consigne que j’avais fixée. Ma table  croule sous les produits du terroir, depuis les conserves artisanales jusqu’aux bouchées et petits plats mitonnés avec soin. Mes convives ont du goût, je vous l’assure. Les bouteilles ne sont pas en reste : elles trônent fièrement sur le comptoir, où chacun peut se servir à sa guise. Première surprise : tout est bon. Je l’avoue, même si je peux être très chauvine lorsqu’il s’agit de produits du Québec, j’entretenais encore quelques appréhensions pour ce qui est des alcools. Climat oblige, il faut admettre que la production de vin ne pourra jamais concurrencer celle de pays comme la France, le Portugal ou le Chili. Non?

Eh bien, permettez-moi de vous présenter mes deux coups de cœur de la soirée!

D’abord, l’un des vins rouges m’a littéralement arraché un «Wow, on dirait un italien!» : je vous l’accorde, c’est un peu libre, mais considérant mon « petit faible» pour les vins du pourtour méditerranéen, c’est résolument un compliment. J’ai donc devant moi un verre heureusement rempli de Terratabac, un rouge sec et agréablement tannique produit par le vignoble le Mernois. Incidemment, il s’agit de la bouteille ajoutée in extremis au panier! Sur le site de la SAQ, on le décrit comme présentant un « nez assez puissant qui s’ouvre sur des parfums dominants de fraise et de fleurs […] également marqué par de subtiles notes boisées. » Je ne pourrais si bien dire. Je songe immédiatement à ce qu’il pourrait donner avec une bruschetta à la tomate fraîche et aux herbes, généreusement gratinée de Grand Deux. Ou accompagnant un plat de veau de Charlevoix… Pas étonnant que ce vin ait remporté la première place au Salon des vins et fromages du Québec en 2010, dans la catégorie des vins rouges. Le Terratabac se détaille 17$ à la SAQ, où il porte le code 11441400. Une belle trouvaille que je vous conseille vivement d’essayer à la prochaine occasion.

La seconde découverte, je le confesse, n’est pas de mon fait. Même si j’avais bien mentionné que je m’occupais des alcools pour mon souper du terroir, une de mes amies n’en a fait qu’à sa tête : outre ses exquises tartelettes maison aux oignons caramélisés et au Baluchon, elle a eu l’heureuse pensée d’apporter aussi un hydromel. Oui, ce vin de miel à l’évocation poétique. Nous parlons ici du Médiéval Réserve Intermiel, un hydromel liquoreux dont la bouteille massive a créé une forte impression sur mes convives. Et une onde de choc sur nos papilles! Dès la première gorgée, le goût de miel explose sur la langue : sans pour autant être trop sucrée, on a affaire à une liqueur bien affirmée. Le vieillissement en fût de chêne n’y est certainement pas étranger. S’ensuit une succession d’arômes fruités et même vanillés, subtils et complexes, qui arrachent un sourire et font s’exclamer chacun de mes amis. Une révélation! Pour tout vous dire, la bouteille s’est retrouvée vide en moins de vingt minutes. Quelques-uns ont osé ajouter les dernières gouttes à leur café. Cet avis favorable est apparemment partagé, puisque le Médiéval Réserve a remporté plusieurs médailles d’or dans des concours internationaux depuis 2010. On le trouve dans certaines succursales de la SAQ, sous le code 11259296, au prix de 25,55$. Une somme très bien investie pour un produit d’ici qui ravira vos invités. Précisons qu’il faut tout de même être amateur de vins liquoreux pour apprécier pleinement ce délicieux alcool.

* * *

Ah, si tous les Québécois se faisaient un devoir d’acheter ne serait-ce qu’une bouteille de vin du Québec par année… Osez, mes amis, osez! Si les consommateurs sont au rendez-vous, les vignerons oseront aller toujours plus loin pour perfectionner leurs produits. À suivre!

 

– Catherine

 

Advertisements

Un avis sur « Souper du terroir et alcools du Québec »

  1. Catherine j’aimerais pouvoir t’écrire je revisite ton site pour y trouver une adresse courriel.
    J,ai beaucoup aimer tes commandments pour être un « bon » historien

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s