La Poutine Week à Québec (partie 5)

Parcours #4- Lebourgneuf et Limoilou

Toujours dans le cadre des pré-dégustations pour la Poutine Week de Québec qui commence dans quelques jours (1er au 7 février 2016), voici ce que mes collaboratrices-goûteuses dévouées ont pensé des poutines testées dans le Parcours #4 couvrant les secteurs Lebourgneuf et Limoilou. Bon appétit!

Nourcy comptoir et traiteur Lebourgneuf

5600, boulevard des Galeries, Québec, (418) 653-4051
Photo: Jessica Landry, 2016

Photo: Jessica Landry, 2016

Pour ma première expérience officielle de goûteuse de poutine, j’arrive toute énervée chez Nourcy comptoir et traiteur. Il faut dire que ça commence très bien : l’accueil est cordial et super sympathique et le décor, magnifique. On nous présente sans tarder la Poutine de route, spécialement conçue pour LE CAMION Nourcy, un «food truck» qui répand littéralement le bonheur partout où il va… sauf à Québec parce qu’il n’a pas vraiment le droit (allô, monsieur le Maire!). Servie dans des petits cups de cartons et accompagnée d’une bonne bière Tremblay, la poutine est ravissante, voir même vraiment cute. L’ajout de mini fondues parmesan nous remplit de joie. Les frites maison sont délicieuses et on est content que le tout soit accompagné de bon fromage en grains frais du jour, tout simplement. La sauce est toutefois ce qui nous fait complètement capoter et ce qui vaut vraiment le détour selon nous : une sauce vraiment supérieure avec fond de veau, crème et moutarde, qui s’harmonise à merveille avec tout le reste. Onctueuse et parfaite. Avec les lardons et les champignons, c’est un mariage savoureux et décadent. Ce n’est pas compliqué, on boirait cette sauce dans un verre et on serait bien contents. Un sans-faute selon nous : une vraie de vraie poutine, originale, classy, parfaite. On en mangerait encore et encore. (J. LANDRY)

Cosmos Lb9

5700, boulevard des Galeries, local 103, Québec, (418) 628-2013
Photo: Jessica Landry, 2016

Photo: Jessica Landry, 2016

Prochain arrêt : le décor très rouge et éclectique du Cosmos LB9 pour essayer la Poutine Braisée, accompagnée d’un fort joli drink et d’un vidéo de coucher de soleil sur la plage en background. Quand la poutine arrive sur la table, on est un peu déçu. Peut-être qu’on s’attendait à quelque chose d’aussi visuellement recherché et original que le décor du restaurant? Noyée dans sa sauce, il faut admettre que la vedette ressemble un peu à n’importe quelle autre poutine de «shack à patate frite». Une chance qu’un verre de Bourbon Sour (Maker’s Mark, amaretto, une touche de citron et du sirop simple, explique le serveur) avec sa cerise, sa petite tranche de lime et une paille colorée accompagne le tout, pour égayer un peu le portrait et nous ramener sur le bord de la plage, avec le coucher de soleil et tout. Mais bon, l’habit ne fait pas le moine (comme on dit) et à la première bouchée, on est agréablement surpris : la joue de porc braisée est savoureuse et la sauce au bourbon, très réussie,  accompagne bien l’ensemble. Les frites sont correctes et le fromage en grains, classique. Les champignons caramélisés sont un ajout intéressant, sans quoi la poutine serait un peu trop ordinaire à mon goût. Pour ce qui est des épices de Madagascar, qu’on avait bien hâte de découvrir, on les cherche toujours… Bref, une poutine dans l’ensemble «ben correcte» et agréable à manger, mais qui sombre malheureusement un peu dans l’oubli par rapport au reste du parcours. (J. LANDRY)

Le Maizerets

2006, chemin de la Canardière, Québec, (418) 661-3764
Photo: Jessica Landry, 2016

Photo: Jessica Landry, 2016

cferland-coupcoeurgourmandSi vous êtes, comme moi, une éternelle amatrice (ou un éternel amateur) d’une bonne poutine sauce BBQ, précipitez-vous de ce pas au restaurant le Maizerets pour déguster la Maizerets deluxe. Vous ne serez pas déçus. Mon amour profond et fidèle pour la sauce BBQ me pousse d’ailleurs à la proclamer mon coup de cœur de la soirée. Si on me demandait de me lancer dans une comparaison douteuse, je dirais que cette poutine est pour moi le Elvis Gratton de la Poutine Week : certes un peu rustre et sans élégance, moins recherchée que plusieurs de ses concurrentes, mais un classique bien québécois dont je ne me tanne juste pas (c’est peut-être mon petit côté Vanier qui parle ici). Et puis, si on me demandait de nommer une grande gagnante de la catégorie «Poutine d’après-brosse», ce serait celle-ci. Dès la première bouchée, les «bacon bites», des croquettes de bacon et de fromage 1608, me font pleurer des larmes de joie et me donnent envie d’attaquer mes compagnons de table à la fourchette pour en avoir plus. Pour une raison inconnue, ces croquettes réveillent mon instinct animal et primitif : c’est gras, c’est frit, c’est fromagé, c’est décadent, et il y a du vrai et délicieux bacon dedans. Nappées de la sauce Backfire du Bootlegger, une sauce punchée et pleine de goût, elles ajoutent le « kick » parfait à l’assiette et valent selon moi à elles seules le détour. En dessous des divines croquettes en question, on retrouve une super bonne poutine classique avec sa sauce maison et du fromage en grains frais, qui m’a laissée heureuse d’avoir fait le détour dans une contrée jusque-là inconnue. Seul petit bémol, on aurait bien apprécié que les frites soient « vraiment maison », plutôt que de « type maison ». Mais bon, si vous deviez retenir deux mots de cette critique : DIVINES CROQUETTES. Mention spéciale par ailleurs à l’accueil authentique et chaleureux, qui nous a fait sentir comme chez nous. (J. LANDRY)

Brasserie artisanale La Souche

801, chemin de la Canardière, Québec, (581) 742-1144
Photo: Francesca Désilets, 2016

Photo: Francesca Désilets, 2016

cferland-coupcoeurgourmandGagnante du prix du public de l’édition 2015 de la Poutine Week, la brasserie artisanale La Souche propose à nouveau une recette prometteuse. La poutine de pommes de terre rouge maison, de fromage frais du jour de la Fromagerie La Chaudière et de la sauce à la bière de La Souche est ornée de trois saucisses enrobées de bacon, de cheddar fort, d’oignons et de sucre d’érable. L’oignon légèrement frit ajoute une texture croustillante à l’ensemble. Les tendres saucisses se marient agréablement à la sauce. Un accord met-bière avec une bière noire rehausse les saveurs. Le sucre d’érable est généralement gage d’un mariage sucré/salé. J’ai cherché en vain le sucré au fil de la dégustation. Où est le sucre d’érable? Son goût est si subtil. Certains convives à ma table disent qu’il se révèle comme une surprise! De toute évidence, ce n’était pas mon jour chanceux ce soir… Je concède que je suis une véritable bibitte à sucre, accro au pouding chômeur, au chocolat et au sirop d’érable… Ma relation avec les produits d’érable s’apparente à celle d’Obélix avec la potion magique! Je ne suis pas tombée dans le liquide doré, mais presque… J’ai découvert ses saveurs exquises avant même de parler ou de marcher. Bref, il m’en faut davantage pour déceler un goût sucré. Pour tout vous dire, l’arôme de l’oignon était nettement plus présent que le sucre d’érable. Malgré ce bémol, la recette de La Souche ne devrait pas passer inaperçu dans le cadre de l’édition 2016. C’est mon coup de cœur parmi les poutines dégustées pendant ce parcours. (F. DÉSILETS)

Encore une fois cette année, La Souche se surpasse avec une poutine originale et de haut calibre, proposée avec deux choix d’accords bière/mets. La Cochonne Cocktail est une poutine élaborée avec tout plein d’éléments aussi surprenants que diversifiés, mais qui s’harmonisent au final super bien. Les saucisses cocktail à la bière noire maison sont bien réussies et on est surpris par l’ajout des flocons d’érable croquants (pas dans les saucisses mais bien sur la poutine), une touche sucrée inattendue mais très bien balancée. Il faut se le dire, l’idée de mettre des flocons d’érable dans une poutine était risquée, mais il n’y en a pas trop et le mariage sucré/salé s’avère parfait. L’utilisation double du fromage, soit de fromage en grain Chaudière mais aussi de cheddar fort, est également fort trippante. La sauce, qui contient également de la stout, est délicieuse quoiqu’assez discrète. C’est correct : elle complètement vraiment bien le tout et il y a en masse d’autres choses dans cette poutine pour avoir du fun à chaque bouchée. Les oignons frits viennent compléter la patente et apporter une texture que j’apprécie ben gros. Texture, c’est d’ailleurs le mot clé que je retiens de ma dégustation. Au final, ce que j’apprécie le plus de cette poutine, c’est que bien qu’elle soit capotée «ben raide», ça reste quand même une vraie bonne poutine. J’ai préféré de loin prendre la bière noire en accompagnement plutôt que la rousse, dont l’amertume prenait selon moi toute la place. (J. LANDRY)

Fistons

601, 3e avenue, Québec, (418) 977-9239

On se déplace de quelques pas dans Limoilou pour se rendre à notre dernier arrêt, soit aux Fistons, pour déguster une poutine à la côte de bœuf. Ce qui arrive sur la table est pas mal appétissant. La côte de bœuf est une belle pièce de viande goûteuse, sa cuisson est excellente et le goût de fumé apporte beaucoup à l’ensemble. La viande est délicieuse et c’est vraiment ce que l’on retient de ce plat. La pleurote entière est un bel ajout, quoique celle qui se retrouve dans notre assiette soit malheureusement un peu coriace. Encore une fois durant cette soirée, mon instinct animal et primitif aura été réveillé, mais cette fois parce que j’aurai dû me battre avec ma pleurote pour la manger. Ben coudonc! Bien que j’ai été sceptique de trouver des petites patates rissolées dans mon assiette à la place des frites habituelles (je réalise que je suis étrangement conservatrice côté poutine), je suis au final bien contente de cette variante funky qui s’harmonisait bien avec le reste. Le fromage, pas en grain mais plutôt du fromage en cube dont on a oublié le nom, est également une variante intéressante. Ça fond dans la bouche au lieu de faire «squick», mais ça donne une texture riche et fondante et c’est bien le fun. Au final, une poutine riche et savoureuse qui «fait la job» mais qui, encore une fois, pâlit un peu face à ses concurrentes de la soirée. (J. LANDRY)

Photo: Francesca Désilets, 2016

Photo: Francesca Désilets, 2016

Le sympathique restaurant de quartier, Fistons, offre une digne concurrence à la soixantaine de recettes proposées pour l’événement, une poutine à la côte de bœuf fumé et aux pleurotes. Les frites cèdent leur place aux patates rôties en cube, un choix judicieux. Le gravy n’altère pas la fermeté et le croustillant des patates: les Fistons réussissent là où d’autres concurrents ont échoué! Une côte de bœuf finement émincée se marie à merveille aux champignons, aux oignons frits et de jeunes pousses. La verdure est une excellente alternative à l’émincé d’oignons verts, très présent dans le menu de l’édition 2016. La pleurote déçoit. Bien qu’elle convienne tout à fait à cet apprêt, elle s’avère étonnamment coriace. Plusieurs interventions à l’aide d’un couteau de table s’avèrent nécessaires. Le champignon n’est pas plus tendre sous la dent que sous le couteau. Des cubes de gouda fumé rehaussent les saveurs. Au cours du repas, le fromage fond peu à peu et se lie agréablement à la sauce. Le goût fumé, subtil, se révèle dans le gravy. Une fois de plus, je salue l’oignon légèrement frit. Son apport croustillant est le bienvenue: une poutine molle serait un désastre. L’oignon et la viande permettent à Fistons d’éviter cet écueil. Une recette honnête à découvrir dans le charmant bistro limoulois, agrémenté d’un verre de Saint-Ambroise noire! (F. DÉSILETS)

*

Si vous lez aviez manquées, revoici les critiques/appréciations des Parcours #1, Parcours #2, Parcours #3 et Parcours #5.

Sinon, vous pouvez relire ma très, très brève histoire de la poutine!

Collaboratrices pour ce parcours

Jessica LANDRY – Duchesse revengeante de Vanier 2015. La poutine est sa religion, le fromage en grains, son Dieu.

Francesca DÉSILETSOriginaire du Centre-du-Québec, région ayant donné naissance à la poutine, adepte des bistros, des bières de microbrasseries et d’histoire.

*

Historienne, auteure et conférencière, Catherine Ferland est spécialiste d’histoire de l’alcool et de la gastronomie et, plus largement, d’histoire culturelle du Québec. Elle effectue des chroniques à la radio et à télé, en plus de faire des conférences et animations gourmandes aux quatre coins du Québec. Parmi ses ouvrages, mentionnons Bacchus en Canada. Boissons, buveurs et ivresses en Nouvelle-France (Septentrion, 2010) et La Corriveau, de l’histoire à la légende (Septentrion, 2014). Elle signe des critiques culinaires au journal Le Devoir et blogue au catherineferlandhistorienne.com.
Advertisements

Drinks de fille, Hippocrate et nous

Boire selon sa nature… ou presque

cferland-homme-biere-stockfreeimages«Fais un homme de toi pis cale ta bière.» «Ah, tu bois un drink de fille!» «Ça, c’est un vrai gars : il porte bien l’alcool.»

Des expressions contemporaines, certes, mais qui trahissent des conceptions très anciennes.

Conception des corps masculins et féminins, conception des rapports de genre, conception de la moralité et des bonnes mœurs… Quand on gratte un tant soit peu le vernis postmoderne, quelle surprise de découvrir des représentations qui s’enracinent dans l’Antiquité! Selon qu’on soit homme ou femme, la consommation d’alcool est assujettie à des diktats genrés qui fondent un terrain anthropologique des plus fascinants.

Êtes-vous d’humeur…?

Un petit voyage dans le temps s’impose. En vertu de la théorie des humeurs développée par le médecin grec Hippocrate (IVe siècle av. notre ère), l’ensemble des phénomènes physiologiques, comme la santé ou la maladie, résultent de quatre humeurs dont les proportions varient selon l’âge et le sexe. La combinaison de ces fluides produit ce que l’on appelle les tempéraments. Être sanguin ou d’humeur mélancolique… une terminologie qui nous est encore familière, n’est-ce pas? En vertu de cette théorie, on croit que les sexes ont une humeur prédominante : le corps masculin est décrit comme bilieux, c’est-à-dire chaud et sec, tandis que le corps féminin, froid et humide, est associé au tempérament flegmatique. Dans cette optique, l’alcool peut contribuer à rééquilibrer les humeurs en corrigeant la chaleur. Mais attention! Il faut boire selon sa nature.

cferland-quatre-humeursLes considérations sont à la fois physiologiques et symboliques. Il y a d’abord une question de «force» ressentie lors de l’absorption. Les boissons foncées ou âpres au gosier, par exemple la bière très amère, le gros vin rouge qui tache ou les eaux-de-vie très fortes, sont appropriées pour les hommes, tandis que ces dames se rabattent sur les boissons délicates et sucrées, les vins clairs et coupés d’eau, les crèmes… Mais même en choisissant une boisson adéquate, hommes et femmes ne sont pas égaux devant la bouteille.

Il a longtemps existé une sorte d’obligation tacite pour les hommes de consommer des boissons alcooliques pour maintenir le tempérament naturel à leur état. Dans la pièce Henri IV, Falstaff, qui ne jure que par le vin de xérès, dit à propos des hommes abstèmes que « ils sont généralement niais et couards, comme le seraient plusieurs d’entre nous, sans quelque stimulant. (…) Si j’avais mille fils, le premier principe humain que je leur enseignerais serait d’abjurer toute boisson légère et de s’adonner au bon vin.» Cet extrait shakespearien présente la correspondance symbolique entre le vin, la chaleur et, par extension, la virilité. Vers les années 1650, il est normal et même sain pour les hommes dans la fleur de l’âge de s’enivrer une ou deux fois par mois afin d’assainir leurs conduits et de purger les « excès d’humeurs » de leur corps! Les robustes boissons sont alors de mise. La bière, très diurétique, est appréciée. Le cordial ou tout autre petit verre de fort le seront aussi dès le XVIIIe siècle. Encore dans nos campagnes québécoises des années 1800, on prêtait des vertus virilisantes et fortifiantes au vin rouge « ferré », c’est-à-dire dans lequel avait trempé du fer chaud. Une explication intéressante aux familles nombreuses, peut-être… Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, l’abstinence totale, chez un homme, a longtemps été jugée comme une conduite anormale.

Ne pas contrarier la nature

cferland-Hooch-verre-videAlors que le Boire masculin repose sur les prémices de jovialité, de santé et de camaraderie, c’est bien davantage la notion de vulnérabilité sociale et même de danger qui est mise de l’avant lorsqu’on aborde le Boire féminin dans la longue durée de l’histoire occidentale. D’un point de vue physiologique, craignant les effets abortifs des boissons comme le vin, on les déconseille aux femmes afin de ne pas nuire à l’enfant qu’elles pourraient porter. La nature passive des dames ne devant pas être contrariée, il est de toute façon préférable qu’elles s’abstiennent de « s’échauffer les sangs » en prenant de grandes quantités d’alcool!

Mais c’est surtout au plan moral que la ligne se durcit. Durant des siècles, les femmes ont été perçues comme plus fragiles et influençables : il s’avérait donc nécessaire de les contenir dans des barèmes sécuritaires et de veiller à ce qu’elles ne boivent pas trop. Si une femme s’aventure à consommer de l’alcool hors des situations socialement prescrites, elle commet une transgression car elle sort de la « sphère » que la société lui reconnaît comme naturelle. Qui plus est, la femme ivre risque de perdre son honneur pour céder à ses impulsions sensuelles qui ne peuvent qu’être funestes. On soupçonne les buveuses de ne pas savoir reconnaître la limite à ne pas enfreindre! Si l’ivresse féminine est à ce point crainte, n’est-ce pas précisément parce qu’un des risques encourus par la femme « ivre morte » est de se faire violer, de perdre sa vertu ? Les archives judiciaires canadiennes-françaises regorgent d’exemples de ces cas où, la femme ayant trop bu, et surtout trop ouvertement, est présentée comme ayant concouru à perdre sa respectabilité. L’ivresse féminine est donc potentiellement dangereuse pour l’ordre social. Le lien entre ivresse et sexualité n’est plus à démontrer, certes. Mais chez les femmes, le risque de concevoir hors mariage a connoté durant des siècles le rapport à l’alcool et à l’ivresse.

Les temps changent… ou pas

À quelques variantes près, ces conceptions auront été de mise dans le monde occidental pendant plus de deux millénaires, depuis l’Antiquité jusqu’au XIXe siècle! Ce cadre normatif a bien changé, vous direz-vous. Eh bien, pas tant que cela. La perspective médicale s’est accrue dans le discours public, mais le fond demeure.

cferland-drink-trinquer-getty imagesAllez-y, faites le test. Entrez les mots «hommes et alcool» dans Google, puis essayez avec «femme et alcool». Les résultats sont éloquents : les résultats portent tous, sans exception, sur les risques de la consommation de boissons alcooliques. Il faut dérouler plusieurs pages pour voir poindre des thématiques moins dramatiques. Et la recherche d’images avec les mêmes mots-clés, toujours sur Google, n’est guère plus glorieuse. Cortège de solitaires au verre vide. Sujets ivres morts. Femmes enceintes auxquelles on proscrit l’alcool.

Dans ce cortège de tristes figures, les seules mines épanouies sont – oh surprise – celles des publicités où le sourire accompagne la petite tenue et la pose enjôleuse… et quelques groupes trinquant joyeusement… messieurs à la bière, mesdames avec leurs «drinks de fille»!

Bises.

Catherine

Cet article a été préparé initialement pour la revue Liberté n° 308 té 2015). Il n’a pas été retenu par la rédaction de la revue par par manque d’espace, mais on peut y lire mon autre article consacré à l’évolution de la SAQ.

Historienne, auteure et conférencière, Catherine Ferland est spécialiste d’histoire de l’alcool et de la gastronomie et, plus largement, d’histoire culturelle du Québec. Elle participe régulièrement à des émissions de radio et de télé, en plus de faire des conférences aux quatre coins du Québec. Parmi ses ouvrages, mentionnons Bacchus en Canada. Boissons, buveurs et ivresses en Nouvelle-France (Septentrion, 2010) et La Corriveau, de l’histoire à la légende (Septentrion, 2014), finaliste aux Prix littéraires du gouverneur général 2014, aux Prix Jean-Éthier-Blais 2015 et aux Prix littéraires du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean 2015. Elle blogue au catherineferlandhistorienne.com et signe des critiques culinaires au journal Le Devoir depuis 2012.