Histoires cochonnes

Maintenant que j’ai attiré votre attention avec ce titre surprenant, lisez bien ce qui suit.

Pour la seconde année, j’aurai le plaisir de donner des conférences d’histoire gourmande sur le porc et le bacon à l’occasion du Québec Bacon Fest. L’événement rassemblera petits et grands amateurs de cette friandise salée le 3 juin 2017 à ExpoCité, à Québec.

Dans la foulée de cette collaboration festive, j’ai préparé neuf cartes-anecdotes intéressantes sur cet animal et sur son sous-produit ô combien apprécié des Québécois, le bacon. Vous les trouverez ci-dessous.

N’hésitez pas à partager votre «histoire cochonne» favorite avec vos amis. Le sourire est gratuit! 🙂 (Images aussi disponibles sur Pinterest)

*

(Mon amoureux va sans doute me faire remarquer que j’ai fait un peu «d’humour à deux cesterces» dans certaines cartes. Bah oui, ça me tentait.)

Et vous, comment préférez-vous votre bacon? Au déjeuner avec œufs, rôtie et petites patates? Émietté sur une salade César? Dans un sandwich avec laitue et tomates? Un peu, beaucoup, passionnément? Moi, je l’aime très croustillant, avec échalotes ciselées et un peu de poivre, sur des pâtes Alfredo…

Bises.

Catherine

Historienne, auteure et conférencière, Catherine Ferland est spécialiste d’histoire de l’alcool et de la gastronomie et, plus largement, d’histoire culturelle du Québec. Elle participe régulièrement à des émissions de radio et de télé, en plus de faire des conférences aux quatre coins du Québec. Elle a écrit ou coécrit une trentaine d’ouvrages et articles, dont Bacchus en Canada. Boissons, buveurs et ivresses en Nouvelle-France et La Corriveau, de l’histoire à la légende.  Elle signe des critiques culinaires au journal Le Devoir et fait des chroniques d’histoire hebdomadaires à Radio-Canada. Elle vit à Québec avec sa famille.

Revêtir la Nouvelle-France

1760-1775 copieÀ Québec, on se prépare pour les Fêtes de la Nouvelle-France qui auront lieu cette année du 6 au 10 août 2014. Même si je n’aurai sans doute pas le temps de me concocter un costume (je suis DÉ-BOR-DÉE ces temps-ci! mais que du bonheur, alors on ne râlera pas…) j’ai pensé vous partager quelques feuillets numérisés d’un livre très inspirant de Rodolphe Vincent, Notre costume civil et religieux (Montréal, Centre de psychologie et de pédagogie, c. 1965).

On trouvera ci-bas des idées intéressantes pour réaliser des costumes de paysans, de bourgeois, de nobles et de membres de communautés religieuses. C’est très centré sur la civilisation occidentale, alors il n’y a malheureusement rien relativement aux Amérindiens, aux traiteurs ou aux voyageurs, bref aux populations en marge des villes et villages bien «français» de la vallée du Saint-Laurent. Il est à noter que les illustrations ont été réalisées en s’inspirant de gravures, peintures et autres images de ces époques, ce qui leur confère une intéressante authenticité. On est à même de constater que le costume évolue assez rapidement dans ces années-là, certes pas aussi vite qu’aux XIXe et XXe siècles, mais quand même.

Détail amusant: je possède ce livre depuis que je suis enfant. Vous verrez d’ailleurs que mes images favorites sont marquées d’un petit cercle bleu ; il faut croire que l’habitude d’annoter mes bouquins a des racines lointaines! Et tant qu’à pousser la confession, je peux d’ailleurs affirmer que c’est l’un des premiers livres qui m’a donné le goût de l’histoire en me permettant d’apprécier de manière très visuelle la notion de «temps qui passe»… et ainsi piquer la curiosité historienne de la petite fille de 8-9 ans que j’étais alors!

Bonnes découvertes!

 

Les débuts: années 1605-1659

1605-1625

1625-1650

1650-1659

La consolidation de la colonie: 1659-1730

1659-1675

1675-1690

1690-1730

La fin de la colonie: 1730-1775

1730-1760

1760-1775

Des détails vestimentaires intéressants

détails régime français 1

détails régime français 2

Comme vous avez pu le voir, la «mode» était loin d’être immobile. Il y a évidemment des éléments du costume qui changent moins rapidement que d’autres, des détails qui perdurent pendant plusieurs décennies, mais la «ligne» évolue.

ligne du temps 1 copie

Outre les Fêtes de la Nouvelle-France, il y a quelques festivals ou occasions – l’Halloween, même – où un costume issu de notre passé peut s’avérer chouette. Alors bonne confection, si vous voulez aller dans cette voie!

Catherine

P.S. À tout seigneur, tout honneur: voici la couverture du livre dont ces pages ont été extraites:

couverture livre